Category: Actu éco

Stratégie énergétique de la Roumanie : Cap vers un futur durable

La Roumanie s’engage résolument dans la transition énergétique avec des objectifs ambitieux pour les prochaines décennies. Selon le projet de la Stratégie Énergétique nationale pour 2025-2035, avec une perspective étendue jusqu’en 2050, la Roumanie prévoit de porter la part des énergies renouvelables (ER) dans sa consommation finale brute d’énergie à 41,1% en 2035 et à impressionnants 86,1% en 2050.

Cet engagement vers les énergies renouvelables sera principalement réalisé par l’augmentation de la capacité de production issue des sources hydroélectriques, éoliennes, solaires et géothermiques. En parallèle, une électrification partielle des systèmes de chauffage et de refroidissement est prévue, tandis que la biomasse, bien que son rôle reste significatif, verra sa part réduite progressivement.

L’objectif pour 2035 est d’atteindre une capacité installée de production électrique de 40 GW, soit une augmentation de 95% par rapport à 2020, avec 82,1% de cette capacité provenant de sources renouvelables. Cette orientation vers le renouvelable, en particulier l’énergie éolienne et solaire, qui devrait atteindre environ 24 GW en 2035, démontre la volonté de la Roumanie de réduire ses émissions de gaz à effet de serre tout en diversifiant son mix énergétique.

L’énergie nucléaire aura un rôle à jouer

D’autres initiatives comprennent le maintien de la production énergétique nucléaire à des niveaux stables, l’élimination progressive des capacités basées sur le charbon d’ici 2031, et la préparation des infrastructures à gaz pour utiliser des gaz verts comme l’hydrogène dès 2036. De plus, l’installation de nouvelles capacités de cogénération à base de biomasse, de biogaz, et d’hydrogène est également envisagée pour augmenter la part des énergies renouvelables dans le chauffage et le refroidissement.

Pour les entreprises françaises intéressées par les opportunités dans le secteur des énergies renouvelables en Roumanie, cette transition énergétique représente une ouverture majeure. Eastrategies peut vous aider à naviguer dans ce paysage en évolution et à saisir les opportunités liées à ces changements stratégiques. Contactez-nous dès aujourd’hui pour en savoir plus sur la façon dont nous pouvons supporter vos projets d’expansion et d’investissement en Roumanie, et tirer parti de l’évolution rapide du secteur énergétique.

Read More

Roumanie : Le taux de postes vacants est le plus bas de l’UE

Au premier trimestre de 2024, la Roumanie a affiché le taux de postes vacants le plus faible de toute l’Union Européenne, à seulement 0,7%, selon les données récentes publiées par Eurostat. Ce chiffre contraste nettement avec des taux bien plus élevés observés dans d’autres pays membres tels que l’Autriche (4,5%), la Belgique et les Pays-Bas (4,4% chacun).

Ce faible taux de postes vacants en Roumanie est significatif, surtout lorsqu’on le compare à la moyenne de 2,9% dans la zone euro et de 2,6% dans l’ensemble de l’UE. L’analyse montre une tendance à la baisse de la disponibilité de l’emploi depuis le premier trimestre de 2023, où le taux était légèrement plus élevé à 0,9%.

Le marché de l’emploi en Roumanie a vu le nombre de postes vacants atteindre 35 000 au cours des trois premiers mois de 2024, marquant une légère augmentation par rapport au trimestre précédent, mais une diminution notable par rapport à l’année précédente. Cette situation indique une contraction ou une stabilisation du marché de l’emploi dans certains secteurs, potentiellement due à des facteurs économiques internes ou à des ajustements dans les stratégies d’emploi des entreprises.

Signe d’une économie plus stable

Pour les entreprises françaises opérant ou envisageant d’entrer sur le marché roumain, ces indicateurs sont essentiels pour comprendre le climat économique et le marché du travail. La faible disponibilité de postes vacants peut refléter une économie plus stable où les emplois sont occupés et moins sujets aux fluctuations, ou elle pourrait indiquer des défis en termes de croissance et d’expansion.

Un marché du travail caractérisé par un faible taux de postes vacants, comme celui observé en Roumanie, présente plusieurs avantages stratégiques pour les entreprises internationales, notamment françaises, envisageant d’investir ou de s’étendre dans la région. Premièrement, cela peut signaler une stabilité dans l’emploi, suggérant que la main-d’œuvre est engagée et potentiellement moins sujette à la volatilité économique, ce qui offre un environnement plus prévisible pour les opérations commerciales.

Deuxièmement, une faible rotation des employés peut également indiquer un niveau de satisfaction élevé au sein de la main-d’œuvre, ce qui peut se traduire par une plus grande efficacité et une réduction des coûts liés au recrutement et à la formation de nouveaux employés. En outre, cela peut refléter un réservoir de talents inexploités ou sous-utilisés, offrant aux entreprises l’opportunité de capter des compétences locales spécialisées qui ne sont pas encore pleinement exploitées.

Avantages compétitifs en termes de coûts salariaux

Enfin, investir dans un tel marché peut permettre aux entreprises de bénéficier d’avantages compétitifs en termes de coûts salariaux, comparativement à d’autres régions de l’UE où les demandes salariales peuvent être plus élevées. Collectivement, ces facteurs font de la Roumanie une destination attractive pour les entreprises cherchant à optimiser leur efficacité opérationnelle tout en exploitant un marché du travail stable et économiquement avantageux.

Si vous êtes une entreprise française cherchant à comprendre les nuances du marché du travail en Roumanie ou à optimiser votre stratégie de recrutement et d’expansion, notre expertise peut vous apporter des analyses précises et adaptées à vos besoins spécifiques. Contactez notre équipe de consultants pour explorer les opportunités et naviguer avec succès sur le marché roumain.

Read More

Roumanie : La consommation de chocolat s’envole depuis deux ans

Le marché de la chocolaterie en Roumanie a connu une croissance impressionnante ces dernières années, avec des augmentations annuelles estimées entre 20 et 25%. Cette expansion est soutenue par une consommation en hausse, qui reflète un changement notable dans les préférences des consommateurs roumains.

En termes de production locale, bien que la Roumanie ne couvre que moins de 10% de ses besoins annuels en chocolat, la production nationale a tout de même atteint le chiffre notable de 50 millions d’euros. Le reste est complété par des importations, ce qui témoigne de la forte demande sur le marché intérieur.

Le pays se distingue également par une augmentation significative de la consommation de chocolat par habitant. En effet, en 2023, la consommation moyenne a atteint 4,95 kg par personne, enregistrant une hausse de 40% par rapport à 2021. Cette croissance est encore plus marquée dans le segment du chocolat premium, qui a vu une hausse de plus de 50% de la consommation.

Des produits plus qualitatifs sont recherchés

Ces statistiques indiquent non seulement une croissance robuste du marché de la chocolaterie en Roumanie, mais aussi une évolution des goûts, avec un intérêt croissant pour des produits de chocolat de plus haute qualité et plus spécialisés. Cette tendance est en phase avec les mouvements mondiaux dans l’industrie alimentaire où les consommateurs recherchent de plus en plus des produits à valeur ajoutée et authentiques.

Pour les entreprises françaises dans le domaine de la chocolaterie ou de l’agroalimentaire, la Roumanie offre un marché en pleine expansion avec des opportunités significatives pour introduire des produits innovants et de haute qualité. Eastrategies est prête à vous accompagner pour comprendre ces dynamiques de marché et pour réussir votre implantation en Roumanie. Contactez-nous pour bénéficier d’une analyse approfondie et personnalisée du marché et découvrir comment optimiser votre stratégie de pénétration de marché.

Read More

Roumanie : Le risque de pauvreté est le plus important d’Europe

En 2023, la Roumanie a connu le taux le plus élevé de risque de pauvreté et d’exclusion sociale parmi les États membres de l’Union européenne, selon les dernières données publiées par Eurostat. Avec près d’un tiers de sa population (32%) touchée, ce phénomène représente un défi majeur pour le pays dans le contexte européen.

Comparativement, la moyenne européenne se situe à 21%, illustrant un problème moins aigu dans d’autres nations. Cette situation met en lumière des disparités significatives au sein de l’UE, où des pays comme la Bulgarie, l’Espagne et la Grèce enregistrent également des taux élevés, tandis que la République tchèque et la Slovénie figurent parmi les moins affectés.

Le risque de pauvreté et d’exclusion sociale en Roumanie, bien qu’en légère diminution par rapport à 2022 où il atteignait 34,4%, reste une préoccupation majeure. Ce risque est également plus marqué chez les femmes que chez les hommes, et affecte particulièrement les familles avec enfants dépendants.

Des politiques économiques et sociales à mettre en oeuvre

Cette situation souligne l’urgence de mettre en œuvre des stratégies efficaces pour combattre la pauvreté et favoriser une intégration sociale plus inclusive. Les efforts doivent se concentrer non seulement sur l’amélioration des conditions économiques mais aussi sur le renforcement des réseaux de soutien social et l’accès à des opportunités équitables pour tous.

Pour les entreprises françaises, cet environnement représente à la fois un défi et une opportunité. Il est crucial de comprendre les dynamiques sociales et économiques pour réussir sur ce marché. Eastrategies est spécialisée dans la navigation complexe des marchés émergents et offre des stratégies sur mesure pour exploiter au mieux ces réalités. Prenez contact dès maintenant pour explorer les opportunités d’affaires en Roumanie et contribuer positivement à son développement économique et social.

Read More