Category: Analyse

Woman using computer

Analyse : les opportunités pour le e-commerce en Roumanie

site internet

La Roumanie a toujours mis en avant ces dernières années la vitesse de son réseau Internet. Alors que la France n’occupait que la 17e place européenne en 2018, la Roumanie était classée 4e (source : statisca.com) Mais derrière ces chiffres de performance se cache une toute autre réalité, celle du peu d’utilisation de cet Internet par les professionnels.

Alors que déjà depuis plusieurs années le monde entier ne parle que de digitalisation, en 2020, en Roumanie, 57% des entreprises qui vendent des produits ou des services n’ont pas de site web (source : AGERPRES) Deux causes principales venaient expliquer cela jusqu’à présent.

La taille du marché local ne justifiait par pour tous les entrepreneurs d’investir dans un site Internet. En effet, pour vendre des produits en ligne la taille du marché est l’un des facteurs clés. La plupart ont donc jugé qu’un marché de 19 millions d’habitants, dont quelques millions sont partis travailler à l’étranger, ne méritait pas cette peine.

Mais surtout, le fait est que les Roumains dans l’ensemble n’ont pas confiance dans les paiements en ligne. Seul 64% de la population utilisait en 2019 une cadre bancaire de manière récurrente (source : Adevarul). Encore plus impressionnant, 83% des personnes qui effectuaient un achat en ligne en 2018 choisissaient l’option de payer en liquide à la livraison du produit.

Un marché énorme à l’horizon

Alors que dans l’Union Européenne, 77% des entreprises ont un site Internet, la Roumanie et ses 43% se situe donc en queue de peloton. Mais la donne pourrait vite changer. Depuis le début de la pandémie et l’apparition des restrictions de déplacements, les entreprises roumaines se digitalise à tour de bras pour espérer survivre dans ce contexte. Survivre et découvrir de nouveaux horizons. Les ventes en ligne sont en croissance pour la première moitié de 2020, et la tendance reste à la hausse pour la fin d’année.

Le fait de devoir rester plus à la maison a obligé les Roumains à s’adapter et à intégrer les achats en ligne et les paiements par carte dans leur style de vie. Ce sont les agences web qui s’en frottent les mains. La demande de création de site explose et le potentiel est impressionnant.

Le potentiel est encore plus important en Roumanie lorsqu’on parle de Cloud. Seul 10% des entreprises du pays disposent d’un abonnement à ce type de services. Le développement forcé du télétravail entraînera sans aucun doute un développement forcé de ces services.

L’ambiguïté roumaine qui voulait que les infrastructures Internet soient bien au-delà du niveau d’utilisation par les habitants devrait bientôt faire partie du passé. Les Roumains ont un Internet rapide, il ne leur reste plus qu’à le mettre en fonctionnement.

Read More
business man financial inspector and secretary making report, ca

Améliorez votre résultat financier par le crédit d’impôt en Roumanie

crédit d'impôt

Historique : depuis 2016, il existe une loi, ainsi que ses règles d’application, qui permettent aux entreprises roumaines exerçant des activités de développement de bénéficier d’une déduction supplémentaire des dépenses engagées dans le cadre de ces activités. Pourquoi cette déduction est-elle intéressante ? Parce qu’elle permet une amélioration notable du résultat net des entreprises. S’il vous semble que 8 % des dépenses engagées dans le cadre d’activités admissibles c’est peu, sachez qu’il y a des entreprises qui, ayant un grand volume de ces activités, payent 0 impôt sur les sociétés, en raison de l’application de cette déduction. L’avantage peut également être augmenté en déposant une déclaration rétroactive.

Quel est le profil des entreprises qui peuvent appliquer cette fiscalité incitative? En général, il s’agit de grandes ou moyennes entreprises qui ont des activités industrielles/production. Cela s’explique par l’inclusion de ces activités de développement dans les activités éligibles. De plus, une grande partie de l’activité de développement de produit répond aux critères d’éligibilité internationaux.

La fin des fausses idées sur le crédit d’impôt

Ils existent aussi des entreprises qui choisissent la « prudence » : bien que leurs employés bénéficient de l’exonération de l’impôt sur le revenu (ils effectuent des activités éligibles, selon les règles roumaines), ils ont peur d’appliquer la déduction supplémentaire des dépenses de recherche et développement. Il faut savoir que les deux incentives s’appliquent différemment : la première (exonération de l’impôt sur le revenu des chercheurs/informaticiens) est une facilité accordée aux personnes physiques, tandis que la seconde est accordée aux personnes morales. La prudence, dans ce cas pénalise, les entreprises de fonds qui aurait pu être ensuite redirigés vers les axes prioritaires des entreprises.

Une autre fausse idée au sujet de la déduction est que l’entreprise a besoin d’un département/ centre de recherche, dans lequel elle effectue des activités de développement de sa propre initiative. Eh bien, c’est tout à fait faux, puisque dans les règles de droit la seule condition appliquée aux entreprises est qu’elles soient redevables de l’impôt sur les sociétés. En ce qui concerne sa propre initiative/projets réalisés « sous contrat », les normes d’application précisent que les résultats de la recherche peuvent également être exploités par la vente. Il n’y a pas non plus de restriction sur la source de financement de l’activité réalisée, qui peut être interne (fonds propres) ou externe (commande client).

Environ 400 entreprises bénéficient déjà de cette facilité, dont certaines économisent 1 million d’euros sur trois ans.

Les grandes étapes opérationnelles à réaliser, afin de bénéficier de cette déduction, sont les suivantes :

Auteur : Larisa Ursu, Expert R&D Tax incentive, cabinet de conseil Innovation Team.

Read More

Les dépenses de la Roumanie pour l’environnement

déchets roumanie

Les dépenses pour la protection de l’environnement en Roumanie ont été de près de 3,3 milliards d’euros en 2019, d’après l’Institut National de Statistiques. Même si la somme peut paraître dérisoire face aux dépenses de la France (68 milliards rien qu’en 2017), les efforts consentis par le pays d’Europe de l’Est représentent 1,5% du PIB national.

Les plus grandes dépenses ont été enregistrées dans le domaine de la gestion des déchets (42%), suivi par la protection de l’air et du climat (19,8%) et la gestion des eaux (19,7%).

La gestion des déchets des producteurs spécialisés a représenté la plus grande part de ces dépenses en ce qui concerne les déchets. Cette activité représente à elle seule 73,1%. Bien que la Roumanie investisse de plus en plus dans cette gestion, l’Europe pointe souvent du doigt des carences dans ce domaine (voir article : https://fr.euronews.com/2020/02/14/gestion-des-dechets-la-roumanie-cancre-de-l-europe).

Alors qu’en France, l’administration n’assume que 24% des dépenses liées à l’environnement (49% les entreprises et 26,6% les ménages), l’investissement de la Roumanie représente 54,6% des dépenses. Le reste étant assumé par les entreprises non-spécialisées (32,9%) et spécialisées (12,5%).

La Roumanie devra trouver des solutions pour se conformer aux exigences européennes et gérer au mieux ses dépenses environnementale. Dans ce domaine, les entreprises privées innovantes auront une carte à jouer. Des fonds européens n’attendent que d’être utilisés pour répondre à ce besoin.

Source : AGERPRES

Read More
Electric cars flat 3d web isometric alternative eco green energy lifestyle infographic concept vector. Road platforms, sun battery, wind turbine, power cords. Ecology power consumption collection.

Roumanie : Des fonds qui n’attendent qu’à être utilisés par les entreprises

énergie verte

L’Union Européenne a annoncé le 21 juillet 2020 une distribution de 750 milliards d’euros entre les pays membre pour faire face à la crise que nous traversons actuellement. La somme la plus importante de ce plan, de 80 milliards d’euros, est destinée à la Roumanie. C’est une nouvelle qui aurait pu enchanter le gouvernement roumain et les analystes économiques. Pourtant, un vaste plan de communication se met en place pour ne pas reproduire les erreurs du passé.

Depuis son entrée dans l’Union Européenne, la Roumanie a toujours reçu d’importantes subventions, du moins en théorie. Afin de pouvoir bénéficier de fonds européen, il faut être capable de présenter des projets concrets, réalisables, et en accord avec les politiques européennes. Cela permet d’absorber les subventions. Mais, en l’absence de projets, l’argent n’arrive pas à destination. De nombreux experts affirment que la Roumanie n’est pas actuellement en capacité de préparer suffisamment de projets pour bénéficier pleinement des 80 milliards d’euros proposés.

Quatre domaines porteurs pour l’obtention de fonds européenns

Conscient de cela, Liviu Rogojinaru, secrétaire d’Etat au ministère de l’économie, de l’énergie et du milieu des affaires, a profité d’un événement de business pour annoncer les domaines dans lesquels il est intéressant d’investir. « Dans quels domaines investir pendant la crise ? Vous savez, cette une très bonne question. Je vous dis pour quel motif ; la crise a fait ressortir de bonnes choses, dans tout cette mer de problème qui se produisent. Regardez l’évolution fantastique du commerce. Cela peut être un business dans lequel vous pouvez investir. »

Surtout, le secrétaire d’Etat a insisté sur trois autres domaines « fortement financés par Bruxelles ». Il s’agit de l’intelligence artificielle, de l’énergie verte et de l’économie circulaire. « Ce sont les directions pour lesquelles nous aurons énormément d’argent et j’espère de toute mon âme que les entreprises roumaines auront la capacité, dès 2021, de pouvoir accéder à cet argent pour ces domaines », a indiqué Liviu Rogojinaru.

Dans ce contexte, les entreprises implantées en Roumanie ont toutes les cartes en mains pour financer leur croissance. Eastrategies est agréé Chèque Relance Export pour la Roumanie. Si vous souhaitez étudier votre capacité à vous implanter dans ce pays, contactez-nous.

Source : AGERPRES

Retrouvez ici nos articles concernant les subventions accordées aux entreprises.

Read More