Category: Analyse

Boosté par la digitalisation, le nombre de freelances explose en Roumanie

freelance Roumanie

Le marché du freelancing est en pleine effervescence en Roumanie. Alors que le nombre de freelance se portait à 1,2 millions de personnes en 2020 (soit 14% de la population totale actives), une croisse de l’ordre de 40% est attendue en 2021. C’est ce que montre les chiffres publiés par l’Association des Freelances de Roumanie (AFR).

Les raisons de cet attrait pour l’indépendance

La pandémie a contribué à cette évolution pour plusieurs raisons. D’abord, parce que les entreprises de manière générale ont eu besoin de se digitaliser très rapidement. Les freelances ont alors joué un rôle crucial dans la transition numérique de nombreuses PME. Cette tendance ne devrait d’ailleurs pas s’inverser dans les futures années puisque le digital devrait représenter 20% du PIB Roumain d’ici 2030 (voir notre article).

D’autant plus que la Roumanie a été désignée comme le 3e meilleur pays au monde pour le télétravail par The Digital Nomad Index (voir notre article) et Bucarest comme la 7e ville européenne du futur par le Financial Times (voir notre article).

Le second motif se trouve dans la volonté de nombreux employés de changer de style de vie. « Le marché du travail a réellement changé dans les dernières années, considère Anca Rancea, présidente de l’Association des Freelances de Roumanie. Peut-être même plus lors de l’année de la pandémie, mais aussi suite à l’explosion de la culture digitale et de l’évolution des structures de travail, auparavant uniforme, vers des systèmes complexes voir hybrides. Les personnes ont tendance à supprimer les paradigmes du passé en faisant le pas d’un emploi pour la vie vers le freelancing, offrant une expérience d’indépendance. »

En Roumanie, les 1.2 millions de freelances se retrouvent impliqués dans les activités suivantes :

Informatique – 36%

Marketing et services créatifs – 29%

Secteur financier – 19%

Transport – 15%

La plateforme de recherche d’emploi BestJobs a réalisé une enquête dans laquelle 60% des employés ont déclaré être intéressé d’assumer des projets en collaboration pour croître leurs revenus. Autres 21% des employés affirment quant à eux être tentés de quitter leur emploi dans le but d’avoir plusieurs activités/jobs en système de freelancing. 

Le freelancing, une activité encore mal structurée

Devenir freelance en Roumanie n’est pourtant pas aussi simple qu’il n’y paraît. L’AFR pointe du doigt le manque de structure, aussi bien législative qu’organisationnelle, autour de ces activités. « Il n’existe pas au niveau national un cadre légal, concernant l’organisation et le fonctionnement des activités des freelances, qui soit implémenté au niveau social et économique afin de faciliter l’accès aux crédits et à la protection sociale ». 

Parmi les principaux défis auxquels font face les freelances en Roumanie, se trouve le manque de crédibilité face aux clients potentiels, mais également dans l’industrie qu’ils ciblent. Pour pallier cela, certains freelances utilisent des plateformes de matching leur permettant de mettre en avant leurs compétences et de trouver des clients. « Mais il y a le désavantage des commissions très importantes perçues par ces plateformes traditionnelles dans lesquelles se listent les freelances. Ils perdent de l’argent dans la phase de commande, mais aussi dans la phase de « tips », dans le cas où leur travail a été apprécié », indique le directeur d’une nouvelle plateforme souhaitant utiliser l’intelligence artificielle pour connecter freelances et entreprises, tout en réduisant au maximum les commissions. 

Comme dans bien des domaines dans ce pays d’Europe de l’Est, l’évolution du marché du travail est plus rapide que celle de la législation. Les acteurs privés prennent donc le relais en assurant de nouveaux services pour ces nouveaux indépendants. 

Eastrategies, avec ses solutions de sourcing, vous propose notamment de sélectionner pour vous les freelances les plus adaptés à vos projets, quel que soit le pays dans lequel vous développez vos activités. Vous avez des questions à ce sujet ? Contactez-nous via notre formulaire.

Read More

Vidéo – Webinaire découverte des marchés roumain et polonais

Découvrez les opportunités de business en Roumanie et en Pologne lors du premier webinaire réalisé entre Eastrategies et EXCO A2A Polska. Vous y découvrirez notamment quels sont les secteurs les plus attractifs dans ce deux pays d’Europe de l’Est.

Vous avez des questions suites à ce webinaire ? Vous pouvez nous contacter en remplissant ce formulaire.

Read More

Serbie : les atouts d’un pays résolument ouvert sur l’Europe

Belgrade Serbie

L’économie serbe est principalement basée sur les services, mais aussi sur son industrie, qui représente encore une part importante du PIB (25%). Bien que l’industrie manufacturière soit dynamique, la Serbie reste très dépendante de certains secteurs de l’industrie lourde : l’acier, l’énergie et l’exploitation minière. 

Il reste positionné sur les produits de taille moyenne (produits automobiles, métaux) ou les produits à faible valeur ajoutée (textiles), le gouvernement concentrant son soutien à l’IED en fonction du nombre d’emplois créés ou maintenus, en raison d’un taux de chômage encore élevé (11% avant la pandémie, il est tombé à 9% en 2020). La Serbie dispose également d’un secteur agro-alimentaire dynamique (6% du PIB) qui représente 18% de ses exportations avec une augmentation de +8,0% (sur un an) au printemps 2020.

Selon Doing Business 2020, l’environnement des affaires en Serbie s’améliore progressivement.

La Serbie a un certain nombre d’avantages pour attirer l’IED :

  •  Un environnement commercial généralement positif et beaucoup plus libéral. La Serbie se caractérise par l’un des taux d’imposition des sociétés les plus bas d’Europe (10%). Sa 44e position dans le classement Doing Business témoigne d’un environnement pro-business.
  •  Une réelle volonté de réformer le secteur public affichée par le gouvernement et rendue concrète et décisive par les différents accords signés avec le FMI et l’UE.
  •  Une main-d’œuvre jeune par rapport au reste de l’Europe, bien formée et multilingue (près de la moitié des Serbes parlent couramment l’anglais) et peu coûteux.
  •  -Un niveau confortable de réserves de devises.
  • Un emplacement géographique optimal avec des connexions au canal Rhin-Main-Danube, à la mer Adriatique, à la mer Méditerranée et à la mer Noire.

Dans le processus d’adhésion à l’Union européenne, la Serbie améliore l’environnement d’investissement depuis de nombreuses années, ainsi que la modification de nombreuses lois pour attirer les investissements étrangers. L’objectif des modifications législatives est l’harmonisation avec la législation de l’UE, ainsi que la fabrication de la Serbie un marché d’investissement concurrentiel.

Ce changement important a placé la Serbie en tête d’une liste de pays, dont les investisseurs du monde entier prennent en considération lorsqu’ils décident d’investir.

Vous souhaitez en apprendre plus sur ce pays et découvrir comment il pourrait vous aider à développer votre croissance? Contactez-nous directement afin que nous organisions une discussion à ce sujet.

Read More
Man working at warehouse and driving forklift

Roumanie : Cette main d’œuvre qui veut travailler plus

Avec un taux de chômage inférieur à 5%, la Roumanie est l’un des pays Européens qui parvient le mieux à occuper sa main d’œuvre. Pourtant, de nombreux roumains font part de leur volonté de travailler plus.

C’est ce qui ressort d’une analyse effectuée sur l’année 2020 par l’Institut National de Statistiques (INS) roumain. 171 000 personnes travaillant à temps partiel ont déclaré être disponibles pour travailler plus d’heures qu’à présent. Cela représente 30% des travailleurs à temps partiel ayant un contrat en Roumanie. L’ensemble de ces travailleurs entrent dans la catégorie des personnes sous-occupées (2% de la population active).

Malgré la pandémie, un progrès a été constaté dans cette catégorie de population pourque le nombre de personnes sous-occupées a baissé de 21 600 en un an.

Une autre catégorie de la population permet de voir le potentiel de la main d’œuvre disponible roumaine, avec une augmentation de 1.8% en 2020. Il s’agit de la force de travail potentielle additionnelle. Cette dernière regroupe deux populations. 117 400 personnes sont prêtes à commencer un travail, mais n’effectuent pas de recherches en ce sens, ou bien souhaitent un travail mais ne sont pas disponibles dans l’immédiat pour le commencer.

Corroboré avec une croissance estimée à 5% en 2021, ces chiffres montrent que la Roumanie est prête pour assurer sa relance économique. C’est aussi un argument fort pour les entreprises souhaitant investir dans un pays où la main d’œuvre est qualitative et volontaire.

Vous hésitez encore sur votre prochaine implantation ? Ou sur le pays cible de vos Exports ? Contactez-nous pour un pré-diagnostic gratuit afin de définir votre stratégie en Europe de l’Est.

Read More