Les chiffres de la recherche en Roumanie

Selon les données publiées par l’Institut National de la Statistique (INS), le nombre de salariés travaillant dans la recherche et développement a augmenté de 3,77% en 2021 par rapport à l’année précédente, totalisant 47 011 salariés. Les femmes représentaient 46% de l’ensemble des salariés dans ce domaine.

Les secteurs dans lesquels les salariés étaient les plus présents étaient l’enseignement supérieur (40,5%), le secteur des affaires (31,8%), le secteur gouvernemental (26,9%) et le secteur privé non lucratif (0,8%). Les chercheurs représentaient la plus grande proportion de salariés travaillant dans la recherche et développement (62,4%), suivis par d’autres catégories de salariés (21,6%) et les techniciens et assimilés (16,0%).

Les domaines scientifiques les plus fréquemment étudiés étaient les sciences de l’ingénierie et de la technologie (51,4%) et les sciences naturelles et exactes (17,8%). Les sciences humaines étaient le domaine le moins représenté (3,4%). Les salariés travaillant dans la recherche et développement avaient pour la plupart un diplôme de niveau supérieur (85,8%) et ont travaillé en moyenne à temps plein (72,9%).

0,5% du PIB dans la recherche

Les chercheurs âgés de 35 à 44 ans étaient les plus nombreux dans les secteurs gouvernementaux et de l’enseignement supérieur. Les dépenses totales engagées pour la recherche et développement ont atteint 5,616 milliards de lei en 2021, soit 0,48% du produit intérieur brut (PIB). Les dépenses courantes représentaient 91,4% des dépenses totales, tandis que les dépenses en capital représentaient 8,6%.

La majorité des dépenses ont été allouées à la recherche appliquée (54,2%). Les principales sources de financement pour la recherche et développement étaient les entreprises (51,8%) et les fonds publics (31,6%), tandis que les fonds provenant de l’étranger représentaient 12,6% des dépenses totales.

En résumé, le secteur de la recherche et développement a connu une augmentation du nombre de salariés en 2021, avec une forte présence dans les secteurs de l’enseignement supérieur et des affaires. Les chercheurs représentent la plus grande proportion de salariés travaillant dans la recherche et développement, et la plupart des dépenses sont allouées à la recherche appliquée. Les entreprises et les fonds publics sont les principales sources de financement pour la recherche et développement en Roumanie.

Si vous souhaitez discuter de votre projet, utilisez ce formulaire pour nous contacter et nous serons heureux de vous détailler le potentiel de votre activité en Roumanie.

Read More
Examining Sample with Microscope

Roumanie : 1 milliard d’euros investis dans la recherche-développement

recherche-développement roumanie

Les dépenses totales effectuées en Roumanie en 2019 pour les activités de recherche-développement ont été d’un peu plus d’un milliard d’euros. Cela représente 0.48% du PIB national, pour lesquels 0.20% viennent du secteur public, et 0.28% du secteur privé (chiffre de l’Institut National de de la Statistique en Roumanie).

Dans ces dépenses, 93.2% représentent les dépenses courantes, et le reste des dépenses de capital. Concernant les dépenses courantes, ce sont les ressources humaines qui ont le plus gros impact. Le salaire du personnel interne directement impliqué dans les activités de recherche-développement a représenté 53.5% des dépenses courantes. Les dépenses de capitales sont majoritairement représentées par l’achat d’équipements et d’appareils nécessaire aux activités.

Les sources de financement

Les principales sources de financement de l’ensemble de ces activités viennent des entreprises qui ont participé à hauteur de 52.6% sur la somme totale du milliard d’euros. Les fonds publics ont contribué à hauteur de 34.4%, et les fonds étrangers de 10.6%.

Ces fonds étrangers sont majoritairement orientés vers le milieu des affaires (45%), le secteur gouvernemental (37.7%) et le secteur de l’enseignement supérieur (17.2%).

Le secteur privé contribue majoritairement à la recherche en Roumanie, et cela devrait continuer avec une croissance attendue dans les années à venir. Ce pays d’Europe de l’Est offre en effet de bonnes conditions pour le développement de pôle de recherche pour les entreprises étrangères. C’est notamment le cas dans le secteur informatique avec des avantages fiscaux importants sur le salaire des informaticiens.

Contactez-nous afin de découvrir les avantages d’installer vos équipes de recherche-développement en Roumanie.

Source : Agerpres

Read More
Portrait of handsome Caucasian smiling unshaven businessman in suit and with eyeglasses standing in hall and using tablet. In background his colleagues chatting.

Réussir sa recherche de distributeurs en Europe de l’Est

recherche de distributeurs

La recherche de distributeurs est une étape essentielle pour réussir sa croissance internationale. Et surtout, c’est une étape qui prend du temps. Ce distributeur a-t-il l’expérience nécessaire ? Est-il de confiance ? Va-t-il réussir à atteindre nos objectifs ? Autant de questions qui nécessitent de prendre un temps d’analyse. Ce temps, vous ne l’aurez pas forcément, d’autant plus si vous souhaitez conquérir plusieurs marchés en parallèle.

C’est par exemple le cas de Krampouz, fabriquant historique d’appareils électroménagers (crêpière, gaufriers, etc.), racheté par le groupe Seb en 2019. Présent dans près de 150 pays, cette entreprise de 90 salariés a su aborder de manière efficace sa recherche de distributeurs en faisant appel à Eastrategies.

En faisant cette recherche seul, Krampouz aurait dû :

  • Faire une étude de marché complète pour chaque pays cible
  • Dresser une liste de distributeurs potentiels
  • Vérifier la viabilité de chacun d’entre eux
  • Contacter chaque distributeur et négocier avec lui
  • Mettre en place le process de distribution
  • Suivre l’implémentation du projet

C’est une mission tout à fait réalisable, mais pour laquelle les équipes de Krampouz auraient eu à mobiliser une énergie importante au détriment d’autres aspects tout aussi importants.

Chez Eastrategies, nous avons facilité cette recherche de distributeur en prenant en charge toutes les étapes. Notre présence sur les marchés d’Europe de l’Est et notre connaissance de ces derniers nous a permis d’obtenir des résultats rapides. Ces résultats se mesurent très simplement par l’augmentation du chiffre d’affaires de l’entreprise dans la région.

Comme Krampouz, concentrez-vous sur l’évolution de vos produits, sur leur qualité et sur la relation avec vos clients. La conquête de nouveaux marchés ne doit pas prendre votre énergie, bien au contraire. En faisant appel aux personnes compétentes pour votre recherche de distributeur, vous découvrirez que la croissance à l’international est en réalité très facile.

Vous commercialisez des produits que vous aimeriez vendre en Europe de l’Est ? Prenez contact avec nous pour que nous discutions de vos projets, et que nous les réalisions.

Read More
Self-drive autonomous car with man at driver seat.

La Roumanie souhaite une technologie sûre et amicale avec l’environnement

technologie

Lors d’un discours prononcé à l’occasion d’une visite de l’usine « Continental Automotive » de Timisoara le 22 septembre, le président roumain Klaus Iohannis a offert sa vision de l’avenir pour son pays.

« Pour une croissance économique durable, nous avons besoin d’une technologie sûre et amicale avec l’environnement. Nous avons besoin de décisions et d’actions responsables, aussi bien de la part des autorités que du milieu des affaires. Et nous avons besoin d’innovation », a déclaré le président.

La Roumanie fait déjà partie des pays les plus innovants de l’Europe de l’Est (lire notre article : Ces pays d’Europe de l’Est qui dépassent toutes les attentes en termes d’innovation)

Le chef de l’Etat a confirmé qu’en Roumanie, l’industrie automobile est l’un des principaux vecteurs de compétitivité économique. Il a également souligné le fait que le partenariat avec l’industrie IT et les activités de recherche-développement vont transformer ce secteur en « fer de lance pour l’industrie du futur ».

A cette occasion, Klaus Iohannis a également fait part de son optimisme quant à la capacité de la Roumanie de sortir de la crise que nous traversons. « Des mesures de protection et de stimulations pour les employeurs et les employés ont été prises, et ont atteint leur but en grande partie. » L’obtention d’importants fonds européens pour la relance économique devrait « repositionner la Roumanie sur la carte des infrastructures régionale de transport et va reconsolider son avantage compétitif en termes de ressources humaines ».

Un retour à une croissance d’avant crise est attendue en moins de deux ans (La Roumanie optimiste sur une récupération économique en moins de deux ans)

Source : capital.ro

Read More