Roumanie : La difficile lutte contre le gaspillage alimentaire

La Roumanie est confrontée à un taux important de gaspillage alimentaire. Alors que le pays à fait de la lutte contre le réchauffement climatique et de l’économie solidaire des priorités pour son plan de relance 2030, les chiffres ne sont pas favorables en termes de gaspillage.

Une récente étude réalisée auprès des restaurants du pays, sur la période avril-août 2022 démontre que 73% des restaurants roumains sont confrontés au gaspillage alimentaire. Les matières premières (fruits, légumes, viande) sont en tête des produits jetés (70%) contre seulement 30% de produits préparés.

Les restaurants ne savent pas comment gérer les éléments qui arrivent à leur date limite de consommation. La moitié de ces produits sont jetés, 30% sont donnés aux employés, associations ou retournés au fournisseur, et 20% sont utilisés dans le cadre d’autres préparations.

L’été est la saison critique du gaspillage en Roumanie. La forte chaleur dans le pays, combiné à l’afflux massif de touriste dans certaines régions, rendent encore plus difficile la gestion des stocks pour les restaurants.

Les professionnels en quête de solutions

Cette situation n’est toutefois pas sans espoir. La Roumanie, principalement les associations et le secteur privé, s’efforcent de rattraper leur retard en copiant les initiatives d’autres pays européens. Les restaurateurs ayant participé à l’étude ont affirmé que certaines solutions seraient efficaces pour les aider : vente du surplus, y compris par le biais d’application spécialisée (63%), don du surplus de nourriture (43%) ou encore création d’un guide de conseils et recommandations pour la réduction du gaspillage.

De son côté, le ministre roumain de l’agriculture et du développement rural, Petre Daea, affirme que la Roumanie est parvenue à réduire le gaspillage alimentaire de 5% depuis 2016. Il précise toutefois que ce pourcentage est relatif, et que la quantité gaspillée varie d’une institution à une autre. Tout en pointant du doigt le fait que la Roumanie n’est pas un si mauvais élève en Europe, il y a de la place pour des efforts. L’Etat roumain s’alignera sur les intérêts des consommateurs et accompagnera les initiatives qui permettront de réduire le gaspillage depuis l’étape de production, jusqu’à la consommation finales des produits.

Le secteur privé a donc un rôle essentiel à jouer ici, et tout initiative allant vers la réduction du gaspillage sera bien accueillie par le public roumain et par l’Etat. Si vous avez un projet de ce type, n’hésitez pas à nous en faire part afin que nous puissions vous accompagner dans sa réalisation. Pour cela, il vous suffit de vous rendre dans notre page de contact.

Read More