Roumanie : Investir dans la santé augmenterait le PIB de 23 Mds € d’ici à 2040

La Roumanie pourrait enregistrer une croissance d’environ 23 milliards d’euros d’ici à 2040 par de simples investissements dans la santé. D’un autre côté, la pression que les problèmes de santé mette sur le système médical roumain pourrait baisser de 36% dans les 20 prochaines années dans le cas d’investissements massifs. 

Conformément à un rapport réalisé par McKinsey Global Institute, une meilleure santé de la population pourrait entraîner une avancée économique d’environ 23 milliards d’euros jusqu’à 2040. Cela correspond à une croissance totale du PIB de 9%, et de 0,4% si l’on rapporte cette croissance à l’année. 

Une meilleure productivité et présence sur le marché du travail

La moitié de ces bénéfices seraient le résultat d’une plus grande implication dans le marché du travail. Un tiers concernerait la baisse des problèmes de santé, et donc des coûts qui y sont liés. Le reste tiendrait de la croissance de la productivité au travail et à la baisse des décès prématurés. 

La population roumaine à tendance à vieillir et à baisser, ayant un âge moyen de 43 ans (soit 10 ans de plus qu’en 2000). Alors que le taux de natalité est en baisse, le nombre de décès a pris une certaine ampleur, positionnant la Roumanie comme l’un des pays à la plus grande moyenne de mortalité d’Europe Centrale et de l’Est. Environ 57% des décès sont provoqués par des maladies cardio-vasculaires. 

Environ 63% de ceux qui ont des problèmes liés à une santé précaire sont des personnes actives, ce qui représente un risque supplémentaire pour l’économie du pays. 

Un stratégie basée sur des méthodes déjà connues

La pression que représentent les maladies pour le système médical en Roumanie pourrait être réduite de 36% dans les 20 prochaines années par la simple utilisation de méthode déjà connues comme : l’administration de vaccins, l’adoption d’habitudes saines, un meilleur accès à l’assistance médicale et aux traitements. Dans le cas des maladies cardio-vasculaires, cette pression pourrait être réduite de 39%. Une stratégie nationale de santé détaillée et accessible, qui inclut une politique de réduction des maladies cardio-vasculaire, pourrait contribuer au solutionnement de ce problème. 

Bien évidemment, ces investissements ont un coût. L’étude de McKinsey démontre que le fait de se concentrer sur ces méthodes qui ont déjà fait leur preuve assurerait un retour sur investissement intéressant. Pour chaque euro investit dans le domaine de la santé, l’économie aura un bénéfice supplémentaire de 1,7 euros. 

Pour arriver à ce type de résultat, la Roumanie devra être accompagné par des entreprises innovantes, lui permettant de mettre en place des solutions pratiques et rentables. 

Vous avez un projet autour de la santé et souhaitez l’exporter ? Envoyez-nous un message depuis ce lien pour que nous puissions l’étudier ensemble. 

Source : Ziarul Financiar

Read More
concept of economic recovery after the fall due to the covid 19 coronavirus pandemic. Financial graph 2021. Stock market chart. Businessman pointing graph. Return of growth after a fall

Roumanie : Comment seront dépensés les 30 milliards d’euros du plan de relance

plan relance roumanie

Dans le cadre de son plan de relance et de résilience face à la crise de la Covid-19, la Roumanie peut prétendre à 30 milliards d’euros de la part de l’Union Européenne. Mais pour cela, des projets concrets doivent être préparés avant 2026 afin que l’ensemble de la somme soit débloqué. Lors d’une interwiew au site G4Media.ro, Dan Barna, vice premier ministre roumain, a annoncé quel était le plan d’utilisation de ces fonds, aux conditions plus strictes que par le passé.

« Tu dois t’engager sur des résultats, par exemple 2000 km de voies ferrées, 700 wagons rénovés aux standards modernes, plusieurs hôpitaux régionaux. Si tu obtiens des résultats, tu reçois l’argent. Si tu as rénové seulement 500 wagons sur les 700, tu ne reçois pas un euro », explique le vice-premier ministre.

Par exemple, pour la construction d’hôpitaux régionaux, l’Etat roumain doit encore s’assurer de la faisabilité des projets dans un délai de 4-5 ans. Si c’est réalisable, les projets de construction dans leur ensemble seront inclus dans ce plan de relance. Si non, ce sera uniquement certaines composantes des projets qui seront introduites, le reste étant assumé par la Roumanie. Ainsi, l’Etat espère pouvoir bénéficier de 9 milliards d’euros pour les infrastructures de santé.

Un autre point essentiel de ce plan de relance se trouve dans les infrastructures de transport. A commencer par la réhabilitation et la modernisation des infrastructures ferroviaires. « Ces projets doivent avoir un impact positif sur l’environnement », précise Dan Barna. « Et, évidemment, nous aurons des investissements pour la jeunesse, pour le social et pour les destinations touristiques. »

L’accès à l’éducation fera partie des priorités

Un peu plus de deux milliards d’euros seront accordés aux municipalités de Roumanie afin qu’elles réalisent leurs projets spécifiques. Toujours deux milliards d’euros sont prévus pour l’accès à l’éducation. « Nous reviendrons avec les chiffres exacts dans les prochains jours, pour le moment il s’agit de données brutes », conclut le ministre.

Le nouveau gouvernement roumain, élu en novembre 2020, devra présenter des projets permettant d’absorber ces fonds européens. C’est l’un des points faibles du pays qui rencontrent des difficultés à proposer des initiatives correspondants aux exigences européennes.

Les entreprises privées peuvent également profiter du plan de relance roumain, avec une enveloppe budgétaire importante du ministère de l’économie (voir notre article à ce sujet ici)

Read More

Roumanie : Les dépenses publiques pour la santé à la traîne

santé roumanie

Alors que le contexte remet en cause tout le système sanitaire, un rapport montre du doigt la Roumanie et le peu d’investissements réalisés pour la santé dans ce pays d’Europe de l’Est.

D’après l’institut de statistiques, Eurostat, la Roumanie a dépensé en moyenne 580 euros par habitant en 2018 dans le domaine de la santé. Ce qui classe le pays au dernier rang européen en terme de dépense, mais surtout, cette somme est cinq fois inférieure à la moyenne européenne. Si l’on compare aux pays les plus avancés dans ce domaine, l’écart est encore plus vertigineux (Danemark 5260 euros, Luxembourg 5220 euros, etc.).

Ces ciffres se confirment si l’on utilise une autre approche de calcul, la part des dépenses de la santé dans le PIB. La Roumanie a dépensé 5.6% de son PIB dans la santé, alors que la moyenne européenne se situe dans les 10%.

Le contexte actuel, justement, devrait changer radicalement ces chiffres. La Roumanie a réalisé d’importants investissements ces derniers mois pour faire face à la crise. Des projets au financement européens, comme la construction de quatre hôpitaux régnionaux, ont été validé et devraient être finalisé d’ici 2030.

Dans un pays où l’Etat investit peu pour la santé de ses habitants, les opportunités apparaissent pour les entreprises innovantes dans le domaine. Eastrategies a la capacité de vous accompagner pour développer votre croissance en Roumanie et faire bénéficier de nouveaux clients de vos produits. Pour cela, il vous suffit de nous contacter.

Read More