businessman protection money on table with tree. concept saving

La Roumanie aura la 2e plus forte croissance européenne en 2021 selon le FMI

Le Fonds Monétaire International (FIM) estime qu’en 2021, la Roumanie verra son PIB augmenter de 6%. Le pays se classerait alors en 2e position au niveau européen, juste derrière l’Espagne et ses 6.4% de croissance.

Source: FMI

Toutefois, il existe une grande différence entre ces deux pays. L’Espagne a en effet fortement souffert de la pandémie et à vu son PIB reculer de plus de 11% en 2020. L’année 2021 ne sera pas suffisante pour une récupération, alors que la Roumanie retrouvera son niveau d’avant crise d’ici à la fin de l’année. Le pays d’Europe de l’Est n’a en effet reculé que de 3.9% en 2020.

La dynamique devrait se poursuivre également en 2022, avec une estimation par le FMI de 4.8% pour la Roumanie. Les autres pays d’Europe de l’Est auront également part à une belle croissance avec des chiffres dépassant aisément 4%. Seule la Pologne ne se limitera qu’à 3.5% en 2021, mais sa résistance à la crise en 2020 (-2.5%) en fait un pays très compétitif.

Cette croissance globalement supérieure de l’Europe de l’Est face à l’Europe de l’Ouest, s’explique par une relance forte de l’industrie, mais également des services. Tout d’abord, l’industrie profite du fait que l’Asie n’est plus aussi compétitive (coût de transport élevés par exemple). Les entreprises européennes se tournent maintenant vers une production à l’échelle locale pour éviter des dépendances parfois coûteuses.

Les services ont profité de l’explosion du télétravail et du changement total de la société à cause de la pandémie. Le digital devrait représenter 20% du PIB roumain d’ici à 2030.

Les pays de l’Europe de l’Est regorgent d’opportunités que chaque entreprise devrait saisir. Nous vous invitons à nous contacter pour découvrir comment vos projets peuvent se développer dans ces pays.

Read More
Prague city skyline and Charles Bridge, Prague, Czech Republic

République Tchèque : Le PIB par habitant dépasse celui de l’Espagne et de l’Italie

Augmentation du PIB en république Tchèque

Pour la première fois, le PIB par habitant de la République Tchèque est supérieur à celui de l’Espagne et de l’Italie. Eurostat, l’organisme européen de statistiques, annonce en effet un PIB par habitant de 40 293 dollars pour les Tchèques, contre 38 143 dollars pour les Espagnols et 40 065 dollars pour les Italiens. A titre de comparaison, le FMI indiquait en 1995 un écart de 22% entre la Tchéquie et l’Espagne, en faveur de cette dernière.

Il s’agit d’une première pour un pays de l’ancien bloc communiste. Et les raisons de ce succès sont multiples. L’Espagne traverse depuis plusieurs années une période de stagnation, et la crise du Covid ayant affecté le tourisme n’a pas arrangé les choses. De l’autre côté, la République Tchèque s’est affirmée comme une puissance industrielle (notamment pour les sociétés allemandes) ces dernières années. L’impôt sur les bénéfices des sociétés y est fixé à 19%, quand en France il varie entre 28 et 31%.

La Tchéquie n’est finalement qu’un exemple parmi les pays de l’Europe de l’Est dont la croissance (ou plutôt la résistance face à la crise de 2020) est supérieure à celle des pays d’Europe de l’Ouest. La reprise est déjà en marché dans ces pays avec notamment une augmentation de la relocalisation en Europe, ou une intention de relocaliser.

Rendez-vous sur notre page de contact afin de nous exposer vos projets, nous pourrons alors vous présenter les opportunités en Europe de l’Est.

Read More

Les perspectives économiques de la Serbie pour 2021

La Serbie sera l’un des rares pays à connaître une reprise économique complète après les retombées de la pandémie de coronavirus en 2021 et à surpasser de nombreux autres par une forte croissance.

 “Nous sommes constamment optimistes quant aux perspectives de croissance de la Serbie depuis un certain temps maintenant et jusqu’à présent les choses vont dans notre sens“, communique un expert économique du pays.

Analysant les perspectives macroéconomiques de la Serbie, de la Croatie, de la Bulgarie et de la Roumanie, les experts ont déclaré que, “profitant peut-être de la plus forte dynamique de croissance en Europe, l’économie serbe ne devrait s’être contractée que de 1,1% en 2020.

Elle devrait également être l’un des rares pays à connaître une reprise complète aux niveaux pré-pandémie d’ici la fin 2021, lorsque nous prévoyons une croissance du PIB de 5,5%, légèrement inférieure aux estimations officielles de 6,0% mais toujours supérieure à la plupart des prévisions du marché.

La clé du ralentissement économique bien géré en 2020 a été le soutien fiscal généreux, qui a pratiquement égalé le déficit budgétaire de près de 9,0% du PIB. Pour 2021, les autorités – en accord avec le FMI – ont fixé un objectif de déficit budgétaire de 3,0% du PIB.

En attendant, le souverain reste un candidat de qualité, S&P et Fitch attribuant tous deux à la Serbie une note de BB+ pour le moment, mais avec une perspective stable.

Étant donné le déficit relativement important de la balance des opérations courantes de la Serbie (dans la zone des 5% du PIB), nous aurions également besoin de voir les investissements directs étrangers stables ou en amélioration et/ou une diminution de la dette extérieure”.

N’hésitez pas à nous contacter pour nous parler de votre projet. Nous pourrons définir ensemble si la Serbie pourra vous permettre d’améliorer votre croissance à l’international en 2021.

Source : tanjug.rs

Read More
businessman holding tablet and showing a growing virtual hologra

Analyse : Les investissements étrangers en Roumanie

IDE

La Banque Nationale Roumaine (BNR) a publié mercredi 30 septembre, les derniers chiffres concernant les investissements directs étrangers (IDE) en Roumanie. Ce pays d’Europe de l’Est a attiré l’année dernière 5,17 milliards d’euros d’investissement étrangers. 2,2 milliards représentent les apports au capital des entreprises et 2,8 milliards un réinvestissement des profits. En 2019, le solde total des investissements étrangers directs a atteint 88,3 milliards d’euros.

Pour la deuxième année consécutive, le niveau des IDE dépasse la barre de 5 milliards d’euros, après les 5,26 milliards investis en 2018 (4,5 mds en 2016 et 4,7 mds en 2017).

Jusqu’en 2018, la plus grande contribution du flux net des IDE était enregistrée dans les apports au capital propre des entreprises (le record était de 4,2 milliards d’euros en 2014). Pour la première fois, en 2019, le réinvestissement des profits dépasse les apports au capital (2,8 mds contre 2,2 mds).

Le commerce attire le plus de nouveaux investissements

Malgré le dépassement de la barre des 5 milliards d’euros en Roumanie en 2019, la part des IDE dans le PIB local est en léger recul : 2,3% en 2019 contre 2,6% en 2017 et 2018. Rapporté au total de la population, le flux net des IDE représente 267 euros par habitant.

Le commerce reste le secteur qui a attiré le plus d’investissement en 2019 (1,8 milliards d’euros), sur fond de forte croissance de la consommation. 1,3 milliard d’euros ont été orientés vers l’industrie, dont 980 millions d’euros ont bénéficié à des activités de production comme le secteur des aliments, boissons et tabacs (309 millions d’euros), des moyens de transport (214 millions d’euros) ou des équipements (93 millions d’euros). En parallèle, les intermédiaires financiers et les assurances ont attirés 1,1 milliard d’IDE pour la même année. Un autre secteur porteur, celui de l’informatique et des communications a généré un flux de 447 millions d’euros en 2019.

Près de 40% du PIB roumain constitué d’investissements étrangers

En ce qui concerne le solde total des IDE en Roumanie, de 88,3 milliards d’euros, une augmentation de 8,9% a été constaté entre 2018 et 2019. Ce solde représente 39,5% du PIB du pays, le plus bas niveau depuis 2008.

Les régions les plus attractives de Roumanie sont celles de Bucarest-Ilfov (55,3 mds €, soit 62,7% du solde total des IDE), du centre (7,6 mds €,), l’Ouest (6,1 mds €), le Sud (5,6 mds €).

La plupart des fonds ont été investis dans les industries de production (29% du total), suivies du secteur immobilier (16,9%), du commerce (16,6%) et du secteur financier (11,5%).

Les investisseurs étrangers les plus importants sont les Pays-Bas (23% du solde total des IDE), l’Autriche (12,6%), l’Allemagne (12,3%), l’Italie (8,2%), Chypre (6,2%), la France (6,2%) et la Suisse (4,3%).

L’année 2020 viendra certainement chambouler les chiffres des IDE. Les analyses montrent toutefois que la période post-pandémie sera mieux gérée en Roumanie que la période post-crise de 2008. Cela s’explique par notamment une meilleure coordination au niveau européen et des perspectives de croissance au niveau local.

Source: zf.ro

Read More