Roumanie. Record sur le marché immobilier avec 72 000 nouveaux logements construits

Les livraisons de logement en Roumanie, en 2021, ont battu un nouveau record sur le marché de l’immobilier d’après révolution (1989). Dans l’ensemble du pays, 72 522 logements ont été remis à leurs propriétaires l’année passée. Un chiffre en hausse de 7% par rapport à 2020, indiqué le cabinet de conseil en immobilier Cushman & Wakefield Echinox.

Entre 2016 et 2020, sous fond de croissance économique et du pouvoir d’achat des ménages, la Roumanie a enregistré au niveau national une moyenne de 60 100 nouveaux logements chaque année. L’année 2021 a profité à une grande majorité des régions du pays. 31 d’entres elles ont enregistré une hausse de livraison de logement, quand seulement 10 régions sont en recul.

C’est bien évidemment dans la région de Bucarest et sa périphérie (Ilfov), que le plus grand nombre de nouveaux logements sont recensés (22 000 pour l’année 2021). Des régions d’ordinaires attractives enregistrent un net recul dans la finalisation de logement entre 2020 et 2021 : Cluj (-15%), Brasov (-27%) et Bacau (-43%).

Les régions de Timis (+24%), Bistrita Nasaud (+51%), Iasi (+66%) et Arad (+73%) enregistre les plus fortes croissances dans le secteur de l’immobilier neuf.

Les perspectives pour l’année 2022 ne sont toutefois pas aussi positive. L’inflation de 8,5% par rapport à 2021, l’augmentation du prix des matériaux de construction ou encore la guerre en Ukraine devraient freiner aussi bien le nombre de nouveaux projets que d’achat.

Le pays a pourtant grand besoin de projet de construction. A l’heure actuelle, seulement 15% des logements en Roumanie ont été construit après 1989.

Vous avez un projet immobilier et souhaitez découvrir les opportunités qui vous attendent en Roumanie ? Contactez-nous depuis ce formulaire afin que nous puissions discuter ensemble de ce projet.

Source : AGERPRES

Read More
Back view of courier knocking at door and holding vegetables

Roumanie : Le marché des services dans le secteur alimentaire dépasse le milliard d’euros

roumanie service secteur alimentaire

Le marché des services du secteur alimentaire a connu, en Roumanie, une forte croissance pour atteindre 1,13 milliards d’euros en 2021. C’est 21% de plus que le précédent record établi en 2019, avant la crise liée à la COVID-19.

« C’est croissance est due principalement au segment de la livraison de nourriture, qui a amené de nouveaux clients dans ce secteur, explique Florian Maxim, fondateur de Hospitality Culture Institute. Vers la fin d’année, le nombre de commandes à domicile a été revu à la baisse, mais a été compensé par les commandes au bureau. »

Ce nouveau marché en pleine explosion est conduit par une poignée d’entreprises présentes sur le marché roumain, comme Glovo ou Tazz.

L’étude réalisée par Hospitality Culture Institute permet de suivre les habitudes des consommateurs. Par exemple, dans un pays ou le pourboire est de mise au restaurant ou dans les transports, ces livreurs des applications mobiles souffrent d’un changement. Le pourcentage de personne ne laissant aucun pourboire a triplé en un an, pour atteindre 32% des clients de ces applications.

Les habitudes alimentaires changent également. Le boom du marché des services dans l’alimentaire s’accompagne d’une diversification des produits consommés. Alors que les Roumains étaient jusqu’alors assez traditionnaliste dans leurs achats, cela change petit à petit. Des produits français, comme le fromage, sont de plus en plus plébiscité. L’amélioration des services dans ce secteur offre une meilleure visibilité et plus d’opportunités pour les professionnels du secteur.

Vous avez un projet de développement de service dans le secteur alimentaire ? Contactez-nous pour pour découvrir le potentiel de la Roumanie.

Source : AGERPRES

Read More

Le marché du chocolat estimé à plus d’un milliard d’euros en Roumanie

chocolat roumanie

Le marché du chocolat a dépassé le milliard d’euros au cours de l’année 2021 en Roumanie. Une importante augmentation de 10% a été constatée par rapport à l’année précédente. 

Le secteur avait pourtant été affecté considérablement dans les dernières années. En 2019, Nestlé avait décidé de la fermeture de sa production à Timisoara, dans l’ouest de la Roumanie. S’en est suivi la pandémie, qui a entraîné une forte baisse de la production, mais également de la vente de chocolat dans le pays. 

Les Roumains semblent pourtant renouer avec les petits plaisirs, ce qui entraîne à la fois une hausse de la production et également des volumes de vente.

En Roumanie, Kandia Dulce est devenu le plus grand acteur en termes de production avec un volume d’affaire de près de 29 millions d’euros (22,3% de la production), suivi de Heidi Chocolat (18 millions d’euros) et de RAP Confectioney SRL (13 millions d’euros).

Pour ce qui est des ventes, même si la société ne figure plus parmi les producteurs, Nestlé domine le marché avec 188 millions d’euros de volume d’affaire, suivi par Ferrero Romania (180 millions d’euros), Almira Trade SRL (34 millions d’euros) ou encore Pfeiffer & Langen Romania (34 millions d’euros).

Une majorité d’entreprise ont réalisé du profit pendant la crise

En 2020, la Roumanie comptait 774 entreprises dont l’objet principal était la production ou la vente de chocolat. 406 d’entre elles ont réalisé un profit malgré la crise, quand 274 autres ont enregistré des pertes pendant la première année de la pandémie. 

En 2021, la consommation moyenne mensuelle de chocolat des Roumains était de 224 grammes. A titre de comparaison, en 2016, un Roumain consommait en moyenne 157 grammes de sucreries par mois (tous types confondus). Dans un marché de près de 20 millions d’habitants, les perspectives de cette industrie sont fleurissantes. 

Vous souhaitez en savoir plus sur le marché roumain et ses opportunités ? Prenez contact avec notre équipe afin de nous exposer vos ambitions.

Read More

Roumanie : Appel d’offres de 33M€ pour la digitalisation de l’administration

appel offre digitalisation

L’Autorité pour la Digitalisation de la Roumanie (ADR) alloue la somme de 161 millions de lei (environ 33M€) pour des services de développement de logiciels et de systèmes informatiques. C’est ce qu’indique une annonce publiée dans le système électronique des acquisitions publiques. 

L’objectif de ces acquisitions sera de transformer digitalement l’administration publique en Roumanie.

« Les autorités ont l’intention de développer de nouveau système informatique, utilisant un nouveau concept en Roumanie. Cela correspond à la construction d’un système informatique, dans des étapes successives logiques, spécifique au processus de développement de logiciel. Chaque lot représentant un segment du processus de développement du logiciel », précise l’annonce publiée.

L’acquisition implique un accord-cadre. Le contrat est séparé en 11 lots et va être attribuée par un appel d’offre publique ouvert, sur le critère du meilleur rapport qualité-prix. Les offres peuvent être déposée pour un seul lot, plusieurs ou l’ensemble du projet. Voici l’objet des différents lots :

Lot 1 : Service d’analyse de business

Lot 2 : Service d’analyse technique

Lot 3 : Service de développement logiciel

Lot 4 : Service de test des fonctionnalités

Lot 5 : Service de test de sécurité

Lot 6 : Service de maintenance des infrastructures serveurs

Lot 7 : Service de maintenance du logiciel

Lot 8 : Block Chain

Lot 9 : Intelligence Artificielle

Lot 10 : Réalité virtuelle

Lot 11 : Big Data

La date limite pour la réception des offres a été fixée au 9 février 2022 à 15h (heure de Bucarest)

L’Autorité pour la Digitalisation de la Roumanie (ADR) s’organise et fonctionne comme une entreprise dans le cadre des outils à disposition du gouvernement et coordonnés par le premier ministre, ayant pour rôle de réaliser et de coordonner l’implémentation des stratégies et politiques publiques en matière de transformation digitale et de l’information. 

Vous souhaitez participer à cet appel d’offre ou en découvrir plus sur la digitalisation en Roumanie ? Faites-nous part vos disponibilités en remplissant ce formulaire afin que nous puissions vous contacter. 

Read More