Près de la moitié des employés roumains envisagent de devenir freelance

freelance Roumanie

47% des employés roumains envisagent de renoncer à leur statut de salarié et de devenir freelance. C’est ce que démontre une étude réalisée par la plateforme de recherche d’emploi en ligne Bestjobs. Ce sondage confirme la tendance que nous avions présenté il y a quelques semaines dans notre article : Boosté par la digitalisation, le nombre de freelances explose en Roumanie.

La motivation pour devenir freelance de 44% des personnes ayant répondu à l’enquête se retrouve dans la flexibilité du programmer et dans l’indépendance qu’offre ce type d’activité. 

Pour d’autres (15%), la liberté de travailler de n’importe oui, ou encore l’espoir d’obtenir des revenus plus importants (12%) sont les principales motivations qui pourraient conduire à un changement de statut. 

Concernant la possibilité de travailler en tant que freelance de n’importe où, 38% des personnes interrogées ont affirmé vouloir travailler depuis leur domicile, 12% déménageraient dans une zone rurale de la Roumanie, 10% déménageraient à la montagne et 9% affirment vouloir se rendre dans une destination exotique.

La flexibilité recherchée ne veut pas pour autant dire que les Roumains cherchent à travailler moins. Ce sondage réalisé par Bestjobs a permis de mettre en avant le côté travailleur des employés de ce pays d’Europe de l’Est. En effet, 70% des personnes interrogées ont déclaré avoir ou être prêtes à travailler après leur programme normal. 23% d’entre eux acceptent de prendre des activités supplémentaires pendant leur temps libre car ils n’ont personne pour effectuer le travail à leur place. 22% le font pour aider leurs collègues et 19% acceptent lors de situations exceptionnelles. 15% des personnes ayant répondu ont déclaré n’accepter de tâches supplémentaires uniquement si une compensation financière est proposé. D’autres 11% refusent catégoriquement de travailler après leur programme. 

Les Roumains conscient qu’il faudra travailler plus pour réussir leurs projets

Lorsqu’il ne s’agit pas de projets supplémentaires au travail, les employés roumains font déjà preuve d’un esprit de freelance. Plus de la moitié des employés ont accepté occasionnellement des projets en dehors de leur emploi habituel. Parmi eux, 47% affirment avoir fait cela pour augmenter leurs revenus, quand 30% l’ont fait pour découvrir de nouvelles activités et développer de nouvelles compétences. A noter toutefois un chiffre important. 35% de ces personnes ayant effectué une activité en dehors du cadre du travail l’ont effectué en tant que bénévole, pour une association par exemple. 

Les domaines dans lesquels les salariés exercent souvent des activités en dehors de leur travail habituel sont : technique (24%), éducation et formation (16%), la vente (14%), finance et comptabilité (10%) et l’informatique (8%).

Chez Eastrategies, nous mettons en relation les professionnels entre eux. Contactez-nous afin que nous puissions vous accompagner dans votre projet.

Source : AGERPRES

Sondage réalisé par BestJobs sur un échantillon de 1033 personnes entre le 16 juillet et le 6 août 2021.

Read More

Boosté par la digitalisation, le nombre de freelances explose en Roumanie

freelance Roumanie

Le marché du freelancing est en pleine effervescence en Roumanie. Alors que le nombre de freelance se portait à 1,2 millions de personnes en 2020 (soit 14% de la population totale actives), une croisse de l’ordre de 40% est attendue en 2021. C’est ce que montre les chiffres publiés par l’Association des Freelances de Roumanie (AFR).

Les raisons de cet attrait pour l’indépendance

La pandémie a contribué à cette évolution pour plusieurs raisons. D’abord, parce que les entreprises de manière générale ont eu besoin de se digitaliser très rapidement. Les freelances ont alors joué un rôle crucial dans la transition numérique de nombreuses PME. Cette tendance ne devrait d’ailleurs pas s’inverser dans les futures années puisque le digital devrait représenter 20% du PIB Roumain d’ici 2030 (voir notre article).

D’autant plus que la Roumanie a été désignée comme le 3e meilleur pays au monde pour le télétravail par The Digital Nomad Index (voir notre article) et Bucarest comme la 7e ville européenne du futur par le Financial Times (voir notre article).

Le second motif se trouve dans la volonté de nombreux employés de changer de style de vie. « Le marché du travail a réellement changé dans les dernières années, considère Anca Rancea, présidente de l’Association des Freelances de Roumanie. Peut-être même plus lors de l’année de la pandémie, mais aussi suite à l’explosion de la culture digitale et de l’évolution des structures de travail, auparavant uniforme, vers des systèmes complexes voir hybrides. Les personnes ont tendance à supprimer les paradigmes du passé en faisant le pas d’un emploi pour la vie vers le freelancing, offrant une expérience d’indépendance. »

En Roumanie, les 1.2 millions de freelances se retrouvent impliqués dans les activités suivantes :

Informatique – 36%

Marketing et services créatifs – 29%

Secteur financier – 19%

Transport – 15%

La plateforme de recherche d’emploi BestJobs a réalisé une enquête dans laquelle 60% des employés ont déclaré être intéressé d’assumer des projets en collaboration pour croître leurs revenus. Autres 21% des employés affirment quant à eux être tentés de quitter leur emploi dans le but d’avoir plusieurs activités/jobs en système de freelancing. 

Le freelancing, une activité encore mal structurée

Devenir freelance en Roumanie n’est pourtant pas aussi simple qu’il n’y paraît. L’AFR pointe du doigt le manque de structure, aussi bien législative qu’organisationnelle, autour de ces activités. « Il n’existe pas au niveau national un cadre légal, concernant l’organisation et le fonctionnement des activités des freelances, qui soit implémenté au niveau social et économique afin de faciliter l’accès aux crédits et à la protection sociale ». 

Parmi les principaux défis auxquels font face les freelances en Roumanie, se trouve le manque de crédibilité face aux clients potentiels, mais également dans l’industrie qu’ils ciblent. Pour pallier cela, certains freelances utilisent des plateformes de matching leur permettant de mettre en avant leurs compétences et de trouver des clients. « Mais il y a le désavantage des commissions très importantes perçues par ces plateformes traditionnelles dans lesquelles se listent les freelances. Ils perdent de l’argent dans la phase de commande, mais aussi dans la phase de « tips », dans le cas où leur travail a été apprécié », indique le directeur d’une nouvelle plateforme souhaitant utiliser l’intelligence artificielle pour connecter freelances et entreprises, tout en réduisant au maximum les commissions. 

Comme dans bien des domaines dans ce pays d’Europe de l’Est, l’évolution du marché du travail est plus rapide que celle de la législation. Les acteurs privés prennent donc le relais en assurant de nouveaux services pour ces nouveaux indépendants. 

Eastrategies, avec ses solutions de sourcing, vous propose notamment de sélectionner pour vous les freelances les plus adaptés à vos projets, quel que soit le pays dans lequel vous développez vos activités. Vous avez des questions à ce sujet ? Contactez-nous via notre formulaire.

Read More