Shield Icon Cyber Security, Digital Data Network Protection, Fut

La Roumanie chasse les investisseurs dangereux pour la sécurité nationale

investisseurs sécurité nationale

La Roumanie va pouvoir interdire et éliminer les investissements étrangers directs qui représentent un danger pour la sécurité nationale. Concrètement, l’Etat pourra refuser à un investisseur non-membre de l’Union Européenne d’investir, mais il pourra également le forcer à vendre les investissements déjà réalisés en Roumanie. Dans le cas où ce dernier refuserait, l’Etat roumain proposera aux enchères ces investissements.

La Roumanie applique ce changement afin de s’aligner sur la réglementation européenne qui a évolué en ce sens en 2019, lorsque le pays était à la présidence du Conseil de l’UE.

La législation prévoyait déjà la possibilité d’interdire de futurs investissements étrangers considérés comme un risque pour la sécurité. Mais rien n’était fait pour contrecarrer les investisseurs déjà présents sur le territoire.

Une commission d’examen des investissements étrangers directs (CEISD) sera créée et constituée de membres de plusieurs ministères. Le champs d’action de cette commission sera limité uniquement à la réglementation des investissements pour les activités suivantes : sécurité des citoyens et ressortissants de l’UE, sécurité des frontières, sécurité énergétique, sécurité des transports, sécurité de l’approvisionnement en ressources vitales, sécurité des infrastructures critiques, sécurité des systèmes informatiques et de communication, sécurité des activités financières, le fisc, les banques et assurance, la sécurité de la production et de la circulation des armements, des munitions, explosifs et substances toxiques, la sécurité industrielle, la protection contre les catastrophe, la protection agricole et environnementale et la protection des opérations de privatisations des entreprises ayant un capital majoritaire détenu par l’Etat ou géré par ce dernier.

Les investisseurs européens ne seront pas concernés

Les investissements étrangers dans les médias seront également strictement contrôlés. Les médias ayant une audience nationale devront informer publiquement si leurs fonds proviennent d’investisseurs étrangers. La commission d’examen des investissements étrangers directs lancera alors un débat public de 30 jours à l’issu desquels un avis favorable ou défavorable sera émis.

Les membres de l’Union Européenne ne seront pas inquiétés par cette mesure. A l’inverse, les investisseurs étrangers membres de l’UE seront assurés de ne pas être mis en concurrence déloyale avec des investisseurs dangereux pour la sécurité nationale.

La Roumanie est devenue d’autant plus atractive que sa bourse a été reclassé au rang de marché de capitaux émergent (lire notre article ici).

Source : Adevarul

Read More

72 millions d’euros pour l’efficacité énergétique de la Moldavie

Efficacité énergétique

La Moldavie espère accélérer l’amélioration de son efficacité énergétique en obtenant un important financement pour la rénovation d’immeubles locatifs. La somme totale pour ce projet sera de 72 millions d’euros. La banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) participera par un prêt de 30 millions d’euros, auquel vont s’ajouter 12 millions d’euros de subvention accordés par la plateforme d’investissement pour le voisinage (NIP).

Le projet prévoit d’améliorer les enveloppes thermiques, les systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation des immeubles. Des sources d’énergie renouvelable pourront également être introduite.

La priorité sera accordée dans un premier temps aux bâtiments publiques, aussi bien municipaux que d’Etat, dans tout le pays. La banque européenne estime que des économies d’énergie de 40 à 50% pourront être réalisées dans le cadre de ce projet.

Troisième projet en 10 ans

Ce n’est pas la première fois que la BERD accorde des lignes de crédit à la Moldavie sur ce sujet. En 10 ans, 77 millions d’euros ont été accordés pour l’efficacité énergétique.

Toutefois, ces projets apportent leur lot de critiques, notamment dans la capitale Chisinau. Les entreprises municipales ont accumulé des dettes de 10 millions d’euros suite à l’implémentation de ces projets. Dettes qui ont dû être remboursées par le budget municipal.  

Vous souhaitez vous impliquer la transition énergétique entamée par la Moldavie ? Contactez-nous ici

Source : Stiri.md

Read More

La Roumanie optimiste sur une récupération économique en moins de deux ans

croissance

La Roumanie devrait renouer avec la croissance dès 2021, et revenir à sa situation économique d’avant la crise en maximum 2 années. C’est en tout cas ce qu’affirme le ministre des finances roumain, Florin Cîţu.
Dans le cadre d’une conférence donnée le mardi 8 septembre à Iasi, dans le nord-est de la Roumanie, le ministre a déclaré que « l’économe va récupérer dès le troisième trimestre (2020). L’Institut National de Statistiques a présenté les chiffres du commerce en ligne. Ici il se voit clairement que l’économie a connu une croissance depuis le mois de mai. C’est la même chose dans l’industrie. Ce « V » de l’économie se voit clairement aussi bien dans le commerce que dans l’industrie ».

Les chiffres officiels sont encore attendues pour le second trimestre. Le ministre s’attend évidemment à une récession importante pour cette période. « Je ne pense pas qu’il existe une personne qui vous dira qu’il y a eu une croissance lors du second trimestre alors que l’économie a été bloquée près de 60 jours. » La récupération devrait se voir uniquement à partir du troisième trimestre.

Une meilleure position que la moyenne européenne

En se basant sur les estimations réalisées par la commission nationale de stratégie et prévision roumaine, le FMI, la Commission Européenne et les institutions internationales, le ministre assure que la Roumanie va renouer avec la croissance dès l’année prochaine. Il estime également que les effets de la crise pourront être, au moins annulé, voir dépassé dans les deux ans.
Selon les prévisions économiques de l’été 2020 de la Commission Européenne, l’économie de la zone euro devrait enregistrer une contraction de 8,7% en 2020. La Roumanie devrait se situer bien en dessous de cette moyenne avec une récession estimée à 6%.Toujours d’après ces prévisions, la croissance économique de la Roumanie en 2021 devrait être de 4%.

Source : AGERPRES

Retrouvez ici toute l’actualité économique de la Roumanie et facilitez votre croissance international en nous contactant.

Read More

L’Europe accorde 875,5 millions d’euros pour la construction de l’autoroute Sibiu-Pitesti

commission européenne

La première phase de l’autoroute reliant les villes de Sibiu et Pitesti, en Roumanie, va être financée à hauteur de 875,5 millions d’euros par l’Union Européenne. Cette annonce a été faite le jeudi 3 septembre par la Commission Européenne.

Cette autoroute représente un enjeu stratégique pour l’Europe. Elle permettrait d’offrir une meilleure connexion le long du couloir de transport Rhin-Danube. Cela va se traduire par une connexion ininterrompue entre le port de Constanta, ouvrant sur la mer Noire, et le poste de frontière de Nadlac vers la Hongrie.

« Ce projet va résoudre un grand blocage de trafic routier dans réseau de transport roumain. Il va améliorer la sécurité routière, va réduire les durées des trajets et réduire les coûts pour les passagers et les marchandises. Cela aura un effet très positif pour l’économie et la qualité de vie des habitants de la région », a déclaré la commissaire pour la cohésion et les réformes, Elisa Ferreira.

Un défi qui prendra du temps

Cette construction va toutefois prendre du temps. Le défi est titanesque. Cette autoroute sera la première à traverser les montagnes Carpates. Pas moins de 9 tunnels seront construit pour rendre cette connexion possible.

L’autoroute Sibiu – Pitesti aura une longueur de 122,11 kilomètres et va être divisée en cinq lots pour sa construction. Les travaux pour la réalisation du premier lot entre Sibiu et Boita (13,17 km) ont commencé au mois de mars 2020. Ce lot coûtera 125 millions d’euros et devrait être livré dans maximum 4 ans.

Les infrastructures routières ont pris beaucoup de retard en Roumanie par rapport au reste de l’Europe. Mais le gouvernement entend bien accélérer les constructions. Il en a même fait une priorité dans son plan de relance de l’économie jusqu’à 2030.

Source : AGERPRES

Retrouvez ici plus d’actualités sur le transport en Roumanie :

Read More