Roumanie : +20% de surface agricole biologique en un an

En Roumanie, la surface totale sur laquelle est pratiquée l’agriculture biologique a augmenté de 19.4% en 2020 par rapport à l’année précédente. La surface totale est maintenant de près de 472 000 hectares. En parallèle, la surface des terres agricoles ayant un certificat écologique remis par un organisme spécialisé a augmenté de 28% pour atteindre 270 000 hectares.

Ces données, fournies par le ministère roumain de l’agriculture et du développement rural démontre une accélération de l’attrait pour les produits biologiques. Toujours en 2020, la consommation de ce type de produits par les Roumains a augmenté de 20%.

Afin de soutenir cette croissance, l’Etat mettra à disposition des agriculteurs bio une enveloppe de 77 millions d’euros pour 2021. Sur les 3 prochains années, il sera question en tout de 232 millions d’euros. D’après le ministère de l’agriculture, les inscriptions pour cette campagne de subventionnement ont été ouvertes le 1er mars et doivent être clôturée au plus tard le 17 mai 2021.

Bien que ces chiffres soient encourageant pour l’avenir, la surface agricole biologique n’est encore que marginale en Roumanie. Elle représente environ 5% du total (9.5M d’hectares agricoles). C’est légèrement en dessous de la France et de ses 8.5%. La Roumanie est toutefois un marché d’investissement idéal en raison de son dynamisme, du coût de la production, et de sa position européenne (7e marché en termes de valeur).

Retrouvez ici tous nos articles sur le monde agricole en Roumanie.

Vous avez un projet autour de l’agriculture biologique et vous souhaitez découvrir les avantages que peut vous offrir la Roumanie ? N’hésitez pas à nous contacter.

Source : Adevarul

Read More
Minsk, Belarus -June 6, 2019 A pile of extruded plastic bottles at a garbage collection plant. Sorting and recycling plastic

Roumanie : Programme national de consigne pour améliorer le recyclage

recyclage roumanie

La Roumanie s’apprête à mettre en place un système de consigne pour les bouteilles et canettes. Ce projet, d’ampleur nationale, devrait être effectif dans 18 mois et nécessite une l’implémentation d’une logistique colossale.

C’est un projet d’autant plus ambitieux que la gestion des déchets est un véritable fléau en Roumanie, souvent pointée du doigt par l’Europe (voir notre article : Les opportunités du secteur de l’environnement en Roumanie).

Le ministre roumain de l’environnement, Mircea Fechet, a annoncé qu’à présent « 6 milliards de canettes ou de bouteilles sont enfouies chaque année dans les décharges. Nous mettons de la terre dessus et nous les laissons en héritage à nos enfants ».

Un système peu contraignant pour les consommateurs

Ce nouveau système de consigne impliquera une taxe de 50 bani (10 centimes d’euros) sur chaque canette ou bouteille. Même si ce prix peut paraître insignifiant, cela représente tout de même 20% du prix d’une canette de soda classique en Roumanie.

Le vrai tour de force sera réalisé au moment du retour des emballages, une fois le produit consommé. Les Roumains pourront se rendre dans n’importe quel magasin de quartier, sans avoir le ticket de caisse, et récupérer la somme payée initialement.

En plus d’être une initiative essentielle pour l’environnement, de nombreux emplois seront créés pour assurer le recyclage de ces emballages. Cette transformation en matière première pourra servir à d’autres entreprises pour produire de nouveaux biens.

Source : Adevarul

Read More

Les dépenses de la Roumanie pour l’environnement

déchets roumanie

Les dépenses pour la protection de l’environnement en Roumanie ont été de près de 3,3 milliards d’euros en 2019, d’après l’Institut National de Statistiques. Même si la somme peut paraître dérisoire face aux dépenses de la France (68 milliards rien qu’en 2017), les efforts consentis par le pays d’Europe de l’Est représentent 1,5% du PIB national.

Les plus grandes dépenses ont été enregistrées dans le domaine de la gestion des déchets (42%), suivi par la protection de l’air et du climat (19,8%) et la gestion des eaux (19,7%).

La gestion des déchets des producteurs spécialisés a représenté la plus grande part de ces dépenses en ce qui concerne les déchets. Cette activité représente à elle seule 73,1%. Bien que la Roumanie investisse de plus en plus dans cette gestion, l’Europe pointe souvent du doigt des carences dans ce domaine (voir article : https://fr.euronews.com/2020/02/14/gestion-des-dechets-la-roumanie-cancre-de-l-europe).

Alors qu’en France, l’administration n’assume que 24% des dépenses liées à l’environnement (49% les entreprises et 26,6% les ménages), l’investissement de la Roumanie représente 54,6% des dépenses. Le reste étant assumé par les entreprises non-spécialisées (32,9%) et spécialisées (12,5%).

La Roumanie devra trouver des solutions pour se conformer aux exigences européennes et gérer au mieux ses dépenses environnementale. Dans ce domaine, les entreprises privées innovantes auront une carte à jouer. Des fonds européens n’attendent que d’être utilisés pour répondre à ce besoin.

Source : AGERPRES

Read More