La Roumanie enregistre un record de production industrielle

production industrielle

La production industrielle roumaine a atteint, en mars 2021, son plus haut niveau des cinq dernières années sur la période correspondante. Cette croissance s’explique notamment par des records de performance des industries manufacturière et les industries du secteur de l’énergie.

Au mois de mars, la production industrielle a connu une croissance de 13% par rapport au mois précédent. Par rapport au même mois de l’année précédente, la production industrielle a augmenté de 13.4%. Cette importante différence peut s’expliquer par l’instauration de l’Etat d’urgence à partir du 15 mars 2020.

L’industrie manufacturière et la production d’énergie ont atteint en mars 2021 les plus grands niveaux connus lors des cinq dernières années. Cette augmentation a entrainé également une augmentation de l’exportation (voir notre article au sujet de l’import-export en Roumanie).

 Pour l’industrie manufacturière, la reprise du secteur automobile a été la principale locomotive. Alors que pour l’industrie énergétique, les conditions météorologiques expliques cette importante croissance. En effet, ce mois de mars en Roumanie a été beaucoup plus froid que ceux des années précédentes. Entraînant donc une consommation énergétique plus importante.

D’autres records sont prêts à être battus en termes de production industrielle, alors que la Roumanie active son plan de relance. Surtout, le pays se prépare à profiter de la vague de relocalisation européenne qui se fait de plus en plus ressentir.

Venez découvrir à quel point cette dynamique pourrait être favorable à vos projets en prenant rendez-vous avec nos équipes ici.

Source : Biziday.ro

Read More
Human hand is holding Electric Car Charging connect to Electric car

Les pays de l’Est s’emparent du marché des batteries pour l’industrie de l’électromobilité

voiture électrique

L’Europe de l’Est est devenu le fer de lance, pour l’Union Européenne, de l’industrie des batteries électriques destinées à l’électromobilité.

« La Hongrie est devenue le leader européen de la production de batterie », a affirmé en janvier le ministre hongrois de l’extérieur », Peter Szijjarto. Cette déclaration fait suite à l’annonce la société sud-coréenne SK Innoation, de la construction en Hongrie de la plus grande usine de fabrication de batteries électriques en Europe pour une valeur de près de deux milliards d’euros. Il s’agira de la troisième usine de l’entreprise dans ce pays.

La Hongrie n’est pas le seul pays de l’Europe de l’Est a s’impliquer dans cette nouvelle tendance de la mobilité. La Pologne ne compte pas moins de 61 usines de fabrications de batteries électriques. Elle se classe à la 3e place européenne derrière l’Allemagne (79 usines) et l’Italie (67 usines).

« La Pologne est arrivée dans le top des fournisseurs de l’industrie des voitures électriques. Elle est le cinquième producteur de composants et de batteries lithium-ion pour les voitures en Europe », expose Jan Wisnewski de l’association polonaise pour l’e-mobilité. Et ce n’est pas fini. L’entreprise suédoise Northvolt, qui souhaite devenir le concurrent direct de Tesla en matière de stockage d’énergie, va investir 165 millions d’euros dans leur usine de fabrique de batteries de Gdansk pour en faire l’une des plus grandes d’Europe.

Une bataille qui se disputera entre 3 pays spécialisés dans l’industrie automobile

Dans la course à la production de batterie pour le secteur automobile, qui sera en plein boom ces prochaines années, la Hongrie dispose toutefois de l’avantage de la présence des lignes de productions des grands constructeurs automobiles allemands, mais également du constructeur Suziki. La Pologne n’est toutefois pas en reste avec les marques Volkswagen, Fiat, Toyota et Opel.

Un autre acteur, moins connu dans le secteur automobile, mais parmi les groupes les plus puissants du monde, a annoncé un investissement de 700 millions d’euros dans l’extension de son usine de batterie électriques pour automobile. Il s’agit de l’entreprise sud-coréenne Samsung. Son concurrent, toujours Sud-Coréen, LG, est quant à lui présent en Pologne. LG vient également d’annoncer un nouvel investissement de 300 millions d’euros pour son usine polonaise.

La Slovaquie, acteur incontournable de la production automobile en Europe, a pris un léger retard face à la Hongrie et à la Pologne dans cette course à l’électro-mobilité. Mais des investissements sont à attendre, de la part des américains de Wildcat Discovery Technologies par exemple.

L’Europe de l’Est est depuis longtemps impliqué dans l’industrie européenne de la mobilité. L’ensemble des ces annonces d’investissements montre qu’elle n’a pas raté le virage de l’électrique et qu’elle se prépare à participer à un futur plus vert pour l’industrie automobile.

Vous avez un projet lié à l’électro-mobilité ? N’hésitez pas à nous contacter pour que nous puissions vous présenter les opportunités que vous offrirons les pays de l’Europe de l’Est.

Source : Mediafax.ro

Read More
An employee of the paint shop of the automobile plant conducts training on the preparation of bumpers for painting

Roumanie : l’industrie automobile en pleine effervescence

automobile

Après une période pandémique difficile, le secteur automobile a pris au mois de septembre un nouveau souffle avec notamment plusieurs lancements.

A commencer par le plus grand constructeur automobile roumain, Dacia, qui vient de présenter officiellement le 28 septembre ses deux nouveaux modèles Logan et Sandero. A cette occasion, le groupe est revenu à un rythme de travail de 6 jours sur 7 pour faire face à la production et aux règles sanitaires. Une première en 2020.

L’américain Ford est revenu à un système de trois shifts pour faire face à l’augmentation de la fabrication de moteurs et pour préparer le lancement de la nouvelle Puma ST dans l’usine de Craiova. Il s’agira du tout premier véhicule sport assemblé en Roumanie.

Les équipementiers profitent de cette dynamique pour croître à nouveau leur production. C’est par exemple le cas de Star Assembly, spécialiste des transmissions, qui vient d’ajouter un shift pour sa production. A cette occasion, 145 nouveaux emplois ont été créés.

Iveco Defence assemblera bientôt une partie des 2900 camions commandés par l’armée roumaine dans son usine en construction près de Pitesti (ville près de laquelle est implantée la plus grosse usine Dacia du pays).

Une industrie essentielle à la Roumanie

Les nouvelles sont positives pour la Roumanie pour laquelle l’industrie automobile représente une grande partie de son PIB (14%). Ce secteur d’activité représente 30 milliards d’euros par an et emploie 250 000 salariés.

C’est également un secteur très attractif en termes d’investissement et de démarrage d’activité. De nombreuses PME-ETI francophones ont réussi à se faire une place dans le paysage économique roumain. Contactez-nous afin d’obtenir plus de détails sur les opportunités que peuvent vous offrir la Roumanie pour votre croissance.

Source : Capital.ro / Ziarul financiar

Read More
Self-drive autonomous car with man at driver seat.

La Roumanie souhaite une technologie sûre et amicale avec l’environnement

technologie

Lors d’un discours prononcé à l’occasion d’une visite de l’usine « Continental Automotive » de Timisoara le 22 septembre, le président roumain Klaus Iohannis a offert sa vision de l’avenir pour son pays.

« Pour une croissance économique durable, nous avons besoin d’une technologie sûre et amicale avec l’environnement. Nous avons besoin de décisions et d’actions responsables, aussi bien de la part des autorités que du milieu des affaires. Et nous avons besoin d’innovation », a déclaré le président.

La Roumanie fait déjà partie des pays les plus innovants de l’Europe de l’Est (lire notre article : Ces pays d’Europe de l’Est qui dépassent toutes les attentes en termes d’innovation)

Le chef de l’Etat a confirmé qu’en Roumanie, l’industrie automobile est l’un des principaux vecteurs de compétitivité économique. Il a également souligné le fait que le partenariat avec l’industrie IT et les activités de recherche-développement vont transformer ce secteur en « fer de lance pour l’industrie du futur ».

A cette occasion, Klaus Iohannis a également fait part de son optimisme quant à la capacité de la Roumanie de sortir de la crise que nous traversons. « Des mesures de protection et de stimulations pour les employeurs et les employés ont été prises, et ont atteint leur but en grande partie. » L’obtention d’importants fonds européens pour la relance économique devrait « repositionner la Roumanie sur la carte des infrastructures régionale de transport et va reconsolider son avantage compétitif en termes de ressources humaines ».

Un retour à une croissance d’avant crise est attendue en moins de deux ans (La Roumanie optimiste sur une récupération économique en moins de deux ans)

Source : capital.ro

Read More