Roumanie : Les entrepreneurs peuvent recevoir jusqu’à 1,8 million d’euros

IMM invest

La Commission Européenne a approuvé la sollicitation du ministère des finances roumain de prolonger le programme « IMM Invest ». Celui-ci est destiné aux microentreprises et PME présentes en Roumanie et leur permet d’emprunter de l’argent à des conditions avantageuses pour le développement de leurs activités. Cette prolongation se fera donc jusqu’au 31 décembre 2021. Également, le plafond d’emprunt, jusqu’alors établi à 800 000 euros, a été majoré pour atteindre 1,8 million d’euros pour chaque entrepreneur. 

Cette démarche du ministère des finances fait suite à l’impact bénéfique que ce programme a sur l’économie roumaine, mais aussi à l’intérêt des entreprises à accéder en continue à des crédits garantis par l’État. « L’approbation par la Commission Européenne de poursuivre le programme IMM Invest Roumanie, et le sous-programme Agro Invest, est une reconnaissance de l’adéquation et de l’efficacité des mesures de soutien au milieu entrepreneurial roumain. L’injection de capitaux réalisé par le programme IMM Invest en 2020, qui a dépassé 3 milliards d’euros, avec l’approbation de plus de 25 500 crédits garantis par l’État, continue également en 2021 », déclare le ministre roumain des finances, Alexandru Nazare.

L’objectif de ce programme est d’atteindre les 58 000 bénéficiaires sur ses deux années de fonctionnement, en 2020 et 2021. Le plafond fixé pour 2021 sera le même que l’année précédente, soit 3 milliards d’euros. 

Une programme amélioré également pour le secteur agricole

En plus de la décision de prolongation de la Commission Européenne, le fonds national roumain de garantie des crédits pour les PME a amélioré la procédure d’implémentation du projet par la majoration du plafond des aides d’État. Celles-ci passent de 100 000 à 225 000 euros pour les entreprises qui réalisent des productions agricoles et de 120 000 à 270 000 euros pour les entreprises des secteurs de la pêches et de l’aquaculture. 

Les entreprises installées en Roumanie disposent donc de quelques mois supplémentaires pour solliciter un emprunt qui leur permettrait de relancer ou d’améliorer leur activité. Le programme pourra éventuellement être reconduit dans le futur, la Roumanie tablant sur un plan de relance de 30 milliards d’aide aux entreprises d’ici à 2030. Ce plan ambitieux permettra au pays de terminer l’année 2021 avec une croissance de près de 5%, nettement supérieur à la moyenne européenne. 

Vous souhaitez connaître les conditions d’implantation pour votre activité en Roumanie ? Nous vous invitons à compléter notre formulaire de contact afin que nous puissions vous recontacter. 

Source : adevarul.ro

Read More

Roumanie : Lancement d’un programme d’investissement agricole de 3,2 milliards d’euros

Investissement agriculture Roumanie

Au mois de juin sera lancé, en Roumanie, un programme de 3,2 milliards d’euros. Cette somme, provenant de fonds européens, sera destinée aux investissements dans l’agriculture, a annoncé en fin de semaine dernière le ministre roumain de l’agriculture, Adrian Oros (source AGERPRES)

« Même si nous aurons maintenant une année avec des précipitations abondantes, et même s’il y a des signes positifs au regard de l’évolution de la pandémie, nous devons penser à la sécurité alimentaire », a affirmé le ministre. « Je souhaite annoncer un programme que nous souhaitons lancer au mois de juin. Un programme de 3,2 milliards d’euros de fonds européens, dans le cadre des mesures de soutien pour l’investissement dans l’agriculture pour la période 2021-2024. »

La politique agricole commune pour la période 2021-2027 ne prendra effet qu’en 2023. Pour les deux ans de transition, la Roumanie s’est vue allouer la somme totale de 6,2 milliards d’euros. 3 milliards seront versés sous forme de paiement direct aux agriculteurs, de paiement sur la surface ou le nombre d’animal. Les 3,2 milliards restant seront donc dédiés à l’investissement. 

A quoi servira cette somme pour l’agriculture

« Nous avons essayé, avec ces mesures, de répondre de manière exacte aux besoins et priorités actuels de l’agriculture roumaine », confirme Adrian Oros. Cela passera par des investissements dans la fragmentation des propriétés, l’augmentation des associations économiques entre milliers de producteurs, l’augmentation de la force de négociation, le développement des marchés locaux et de la promotion des produits traditionnels, le management des situations de risque, la prévention du vieillissement de la population agricole.

Dès le milieu du mois de mai, des débats seront organisés dans les régions du pays sur chacun de ces points principaux. Cela permettra à l’ensemble des agriculteurs, intéressés par l’obtention de fonds européens, d’obtenir toutes les informations nécessaires pour l’obtention de ces 3,2 milliards d’euros.

La Roumanie est un marché en pleine croissance sur son développement agricole. L’expertise des sociétés privées du secteur va devenir de plus en plus recherchée. 

Vous êtes spécialistes du monde agricole, n’hésitez pas à nous contacter afin d’étudier les opportunités qui vous attendent dans ce pays d’Europe de l’Est.  

Read More

Roumanie : +20% de surface agricole biologique en un an

En Roumanie, la surface totale sur laquelle est pratiquée l’agriculture biologique a augmenté de 19.4% en 2020 par rapport à l’année précédente. La surface totale est maintenant de près de 472 000 hectares. En parallèle, la surface des terres agricoles ayant un certificat écologique remis par un organisme spécialisé a augmenté de 28% pour atteindre 270 000 hectares.

Ces données, fournies par le ministère roumain de l’agriculture et du développement rural démontre une accélération de l’attrait pour les produits biologiques. Toujours en 2020, la consommation de ce type de produits par les Roumains a augmenté de 20%.

Afin de soutenir cette croissance, l’Etat mettra à disposition des agriculteurs bio une enveloppe de 77 millions d’euros pour 2021. Sur les 3 prochains années, il sera question en tout de 232 millions d’euros. D’après le ministère de l’agriculture, les inscriptions pour cette campagne de subventionnement ont été ouvertes le 1er mars et doivent être clôturée au plus tard le 17 mai 2021.

Bien que ces chiffres soient encourageant pour l’avenir, la surface agricole biologique n’est encore que marginale en Roumanie. Elle représente environ 5% du total (9.5M d’hectares agricoles). C’est légèrement en dessous de la France et de ses 8.5%. La Roumanie est toutefois un marché d’investissement idéal en raison de son dynamisme, du coût de la production, et de sa position européenne (7e marché en termes de valeur).

Retrouvez ici tous nos articles sur le monde agricole en Roumanie.

Vous avez un projet autour de l’agriculture biologique et vous souhaitez découvrir les avantages que peut vous offrir la Roumanie ? N’hésitez pas à nous contacter.

Source : Adevarul

Read More
people map country Romania a vector

Analyse : Les prévisions de croissance en Roumanie jusqu’en 2024

Le rythme annuel moyen de la croissance économique en Roumanie est estimé à 4.7% sur la période 2021-2024, avec un pic estimé à 5% en 2023 d’après la Commission Nationale de Stratégie et de Prévision (CNSP). Le secteur le plus dynamique sera celui de la construction, avec un rythme de croissance de la valeur brut de 8.1% en moyenne par an.

Pour le secteur tertiaire, cette croissance est estimée à 4.2%, l’accent étant mis sur le développement de services moderne (IT, services pour les entrepreneurs, etc). Le secteur industriel profitera également de la relance de l’économie avec une croissance annuelle moyenne estimée à 4.8%.

La CNSP précise qu’elle base ses prévisions sur une absorption suffisante des fonds européens sur deux axes : le cadre financier afférent à la période 2014-2020 et le fond de redressement et de résilience lancé pour faire face à la crise. « Une modification du degré d’absorption pourrait conduire à un changement dans les deux sens en ce qui concerne la formation brute de capitaux », explique le document remis à l’agence de presse AGERPRES. Depuis son adhésion à l’Union Européenne, la Roumanie rencontre en effet des difficultés à absorber les fonds qui lui sont dédiés, par manque de projets structurants ou de capacité à les rendre conformes aux exigences. Le nouveau gouvernement élu en novembre compte bien faire de ce sujet une priorité pour les années à venir.

Par région, les meilleures évolutions sur attendues dans les régions du Sud-Est (Constanta), Sud-Muntenia (autour de Bucarest) et Sud-Ouest Oltenia (Craoiva). Le CNSP évoque une croissance annuelle moyenne supérieur à 5%. Pour la région du Sud-Est, la croissance se basera majoritairement sur l’industrie et la construction. Le taux de chômage arrivera à 3.9% d’ici à 2023, alors qu’il était de 4.2% avant la crise en 2019.

Région Sud Muntenia

Pour la région Sud Muntenia, l’évolution positive se base sur tous les secteurs d’activités, mais en particulier sur les constructions et les services. Au chapitre des risques est toutefois consignée une baisse de la demande pour l’industrie automobile (la région abrite un pôle important d’industrie du pays). Un autre risque est présent concernant la production agricole, qui dépend des conditions météorologiques. Celle-ci n’ont pas toujours été favorable ces dernières années. Sachant que la région représente 19% de la production agricole du pays, la météo pourrait fortement contribuer à la croissance, ou au contraire, lui mettre des plombs dans l’aile.

Région Sud-Ouest Oltenia

Pour la région Sud-Ouest Oltenia (Craiova), les pronostics de croissance se font également principalement dans le secteur de l’industrie et des constructions. La pandémie Covid-19 a eu un impact significatif sur l’industrie alimentaire, l’un des employeurs les plus stables et contribuant le plus au PIB de la région. La reprise devrait permettre de relancer cette industrie et de réduire le taux de chômage à 4.9% d’ici à 2024, contre 5.2% en 2019 avant la crise.

Région Nord-Est

La région Nord-Est (Iasi) devrait également connaître une croissance annuelle de près de 5%, mais les estimations sont plus difficiles à effectuer. Le document rapporte en effet que, bien que le Nord-Est soit la région la plus peuplée de Roumanie, c’est également la région qui connaît le plus fort taux de migration. La croissance sera donc en directe corrélation avec la baisse de la population résidente dans les années à venir. Il existe toutefois des perspectives positives dans les domaines des services, à Iasi et Bacau, et dans l’agriculture, A Botoşani et Vaslui.

Région Ouest

La région Ouest se démarque, non pas par sa croissance estimée à 4% par an, mais par son taux de chômage attendu à 2.2% pour l’année 2021. D’ici à 2024, le taux de chômage devrait même être de 1.3%, avec un record pour le département de Timiş à 0.8%. « Bien que l’économie soit forte, la région Ouest est confrontée actuellement à un taux élevé d’infections dans les rangs de la population, ce qui va impliquer une relance ralentie dans l’économie. Les restrictions régionales imposées vont se ressentir dans l’économie », rapport le document de la CNSP.

Dans la région Centre (Brasov), les pronostics sont de 4.9% de croissance annuelle sur l’ensemble de la période visée. Cette croissance sera soutenue par le secteur industriel et des services (ce domaine d’activité représente la plus grande part de l’économie régionale), suivis par les constructions. Les perspectives pourraient encore être meilleures dans le cas d’une année agricole favorable. Le chômage devrait monter jusqu’à 3.4% en 2021, avant de redescendre à 2% en 2024.

Eastrategies, présent en Roumanie depuis 30 ans, est à votre disposition pour accompagner la croissance de vos projets dans ce pays. Pour cela, il vous suffit de nous contacter.

Read More