Roumanie : Les dettes accumulées pendant la crise pourront être échelonnées

echelonner dettes

Les entreprises ayant des obligations fiscales non-acquittées à la suite de la déclaration de l’état d’urgence (le 16 mars 2020), pourront solliciter un échelonnement pour les payer sur 12 mois. C’est ce que prévoit un projet d’ordonnance gouvernementale d’urgence annoncé en réponse aux difficultés rencontrées par certaines entreprises roumaines.

L’Etat avait déjà annoncé en juin 2020 qu’un délai supplémentaire était accordé pour le paiement des dettes fiscales jusqu’au 25 octobre. A une vingtaine de jour de l’échéance, c’est une bonne nouvelle pour de nombreux entrepreneurs qui se demandaient comment ils allaient bien pouvoir payer.

Pour bénéficier de cet avantage fiscal, les entreprises devront être à jour dans leurs dettes d’avant le 16 mars 2020 et ne pas faire face à une procédure d’insolvabilité. Pas besoin de garantie et la procédure est simplifiée. L’envoie d’un simple formulaire et une proposition de tableau de paiement seront suffisant. L’entreprise aura le choix de payer la même somme pendant les 12 mois, ou de répartir les montants comme elle le souhaite.

Une mesure de soutient assumée par l’Etat

Une fois l’ordonnance publiée au journal officielle, les entreprises auront jusqu’au 15 décembre pour effectuer leurs demandes. L’échelonnement sera accordé dans les 5 jours.

« La principale préoccupation du Gouvernement, après la santé de la population, représente la relance de l’économie et l’évitement d’une récession prolongée, comme en 2008 », a affirmé Florin Cîţu, le ministre roumain des finances publiques. « Pour cela nous préférons emprunter temporairement plus sur le budget de l’Etat et soutenir le milieu des affaires avec le maintien des liquidités et le soutien des activités ».

Source : AGERPRES

Read More

Eastrategies, opérateur agréé Chèque Relance Export

Chèque relance export

Eastrategies, partenaire de votre croissance en Europe de l’Est depuis près de 30 ans, vient d’être confirmé par Business France comme « opérateur agréé pour le Chèque Relance Export » pour la Roumanie. Une excellente nouvelle pour toutes les entreprises qui souhaitent se développer dans ce pays.

Dans le cadre du plan « France Relance », les PME et ETI exportatrices peuvent bénéficier d’une aide publique dans leur démarche de prospection à l’étranger. En faisant appel à Eastrategies, vous pourrez concrètement obtenir un Chèque Relance Export qui prendra en charge 50% de la prestation fournie (Dans la limite de 2000 euros par chèque).

Les services couverts par cette aide de l’Etat comprennent toutes les étapes qui précède l’implantation de votre entreprise dans un pays étranger :

  • Audit et diagnostic export
  • Structuration de la stratégie export
  • Priorisation des marchés et étude
  • Prestation de prospection individuelle (hors frais de déplacement, logistique et hébergement).
  • Prestation de communication (hors traduction)

Sont exclues les prestations de recherche de fournisseurs (sourcing) et les prestations liées à un dossier d’implantation à l’étranger.

Chaque PME et ETI le souhaitant pourra bénéficier, d’ici la fin 2021, de deux prestations individuelles qui doivent être effectuées sur deux pays différents. Pour ces prestations, 50% des dépenses sont éligibles avec un maximum de 2000 euros par chèque et un montant minimal de 500 euros par prestation.

La procédure d’obtention est simple et rapide. Eastrategies, en tant qu’opérateur agréé, vous guidera dans toutes ces étapes afin que votre seule préoccupation soit la gestion de votre croissance internationale.

Ne laissez plus vos ambitions sur le côté. Contactez-nous et parlez-nous de votre projet !

Read More
businessman holding tablet and showing a growing virtual hologra

Analyse : Les investissements étrangers en Roumanie

IDE

La Banque Nationale Roumaine (BNR) a publié mercredi 30 septembre, les derniers chiffres concernant les investissements directs étrangers (IDE) en Roumanie. Ce pays d’Europe de l’Est a attiré l’année dernière 5,17 milliards d’euros d’investissement étrangers. 2,2 milliards représentent les apports au capital des entreprises et 2,8 milliards un réinvestissement des profits. En 2019, le solde total des investissements étrangers directs a atteint 88,3 milliards d’euros.

Pour la deuxième année consécutive, le niveau des IDE dépasse la barre de 5 milliards d’euros, après les 5,26 milliards investis en 2018 (4,5 mds en 2016 et 4,7 mds en 2017).

Jusqu’en 2018, la plus grande contribution du flux net des IDE était enregistrée dans les apports au capital propre des entreprises (le record était de 4,2 milliards d’euros en 2014). Pour la première fois, en 2019, le réinvestissement des profits dépasse les apports au capital (2,8 mds contre 2,2 mds).

Le commerce attire le plus de nouveaux investissements

Malgré le dépassement de la barre des 5 milliards d’euros en Roumanie en 2019, la part des IDE dans le PIB local est en léger recul : 2,3% en 2019 contre 2,6% en 2017 et 2018. Rapporté au total de la population, le flux net des IDE représente 267 euros par habitant.

Le commerce reste le secteur qui a attiré le plus d’investissement en 2019 (1,8 milliards d’euros), sur fond de forte croissance de la consommation. 1,3 milliard d’euros ont été orientés vers l’industrie, dont 980 millions d’euros ont bénéficié à des activités de production comme le secteur des aliments, boissons et tabacs (309 millions d’euros), des moyens de transport (214 millions d’euros) ou des équipements (93 millions d’euros). En parallèle, les intermédiaires financiers et les assurances ont attirés 1,1 milliard d’IDE pour la même année. Un autre secteur porteur, celui de l’informatique et des communications a généré un flux de 447 millions d’euros en 2019.

Près de 40% du PIB roumain constitué d’investissements étrangers

En ce qui concerne le solde total des IDE en Roumanie, de 88,3 milliards d’euros, une augmentation de 8,9% a été constaté entre 2018 et 2019. Ce solde représente 39,5% du PIB du pays, le plus bas niveau depuis 2008.

Les régions les plus attractives de Roumanie sont celles de Bucarest-Ilfov (55,3 mds €, soit 62,7% du solde total des IDE), du centre (7,6 mds €,), l’Ouest (6,1 mds €), le Sud (5,6 mds €).

La plupart des fonds ont été investis dans les industries de production (29% du total), suivies du secteur immobilier (16,9%), du commerce (16,6%) et du secteur financier (11,5%).

Les investisseurs étrangers les plus importants sont les Pays-Bas (23% du solde total des IDE), l’Autriche (12,6%), l’Allemagne (12,3%), l’Italie (8,2%), Chypre (6,2%), la France (6,2%) et la Suisse (4,3%).

L’année 2020 viendra certainement chambouler les chiffres des IDE. Les analyses montrent toutefois que la période post-pandémie sera mieux gérée en Roumanie que la période post-crise de 2008. Cela s’explique par notamment une meilleure coordination au niveau européen et des perspectives de croissance au niveau local.

Source: zf.ro

Read More