Electric cars flat 3d web isometric alternative eco green energy lifestyle infographic concept vector. Road platforms, sun battery, wind turbine, power cords. Ecology power consumption collection.

Roumanie : Des fonds qui n’attendent qu’à être utilisés par les entreprises

énergie verte

L’Union Européenne a annoncé le 21 juillet 2020 une distribution de 750 milliards d’euros entre les pays membre pour faire face à la crise que nous traversons actuellement. La somme la plus importante de ce plan, de 80 milliards d’euros, est destinée à la Roumanie. C’est une nouvelle qui aurait pu enchanter le gouvernement roumain et les analystes économiques. Pourtant, un vaste plan de communication se met en place pour ne pas reproduire les erreurs du passé.

Depuis son entrée dans l’Union Européenne, la Roumanie a toujours reçu d’importantes subventions, du moins en théorie. Afin de pouvoir bénéficier de fonds européen, il faut être capable de présenter des projets concrets, réalisables, et en accord avec les politiques européennes. Cela permet d’absorber les subventions. Mais, en l’absence de projets, l’argent n’arrive pas à destination. De nombreux experts affirment que la Roumanie n’est pas actuellement en capacité de préparer suffisamment de projets pour bénéficier pleinement des 80 milliards d’euros proposés.

Quatre domaines porteurs pour l’obtention de fonds européenns

Conscient de cela, Liviu Rogojinaru, secrétaire d’Etat au ministère de l’économie, de l’énergie et du milieu des affaires, a profité d’un événement de business pour annoncer les domaines dans lesquels il est intéressant d’investir. « Dans quels domaines investir pendant la crise ? Vous savez, cette une très bonne question. Je vous dis pour quel motif ; la crise a fait ressortir de bonnes choses, dans tout cette mer de problème qui se produisent. Regardez l’évolution fantastique du commerce. Cela peut être un business dans lequel vous pouvez investir. »

Surtout, le secrétaire d’Etat a insisté sur trois autres domaines « fortement financés par Bruxelles ». Il s’agit de l’intelligence artificielle, de l’énergie verte et de l’économie circulaire. « Ce sont les directions pour lesquelles nous aurons énormément d’argent et j’espère de toute mon âme que les entreprises roumaines auront la capacité, dès 2021, de pouvoir accéder à cet argent pour ces domaines », a indiqué Liviu Rogojinaru.

Dans ce contexte, les entreprises implantées en Roumanie ont toutes les cartes en mains pour financer leur croissance. Eastrategies est agréé Chèque Relance Export pour la Roumanie. Si vous souhaitez étudier votre capacité à vous implanter dans ce pays, contactez-nous.

Source : AGERPRES

Retrouvez ici nos articles concernant les subventions accordées aux entreprises.

Read More
Kozloduy Nuclear Power Plant

La Bulgarie aura aussi son réacteur nucléaire américain

Centrale nucléaire bulgarie
Intérieur de la centrale de Kozlodouy (source Wikipedia)

Après la Roumanie la semaine dernière et son accord pour la construction de deux réacteurs nucléaires, c’est au tour de la Bulgarie d’annoncer un accord avec les Etats-Unis.

L’annonce est venue du premier ministre bulgare Boïko Borissov lors d’une visite de la centrale nucléaire de Kozlodouy (nord du pays). Un nouveau réacteur américain sera construit et viendra compléter les deux réacteurs russes encore en fonctionnement (4 autres ont été arrêtés avant l’adhésion de la Bulgarie à l’UE en 2007).

Cette annonce vise à réduire la dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie. 95% du gaz et 80% du pétrole consommé par la Bulgarie sont fournis par la Russie. La centrale nucléaire utilise elle-même deux réacteurs russes pour lesquels des licences courent jusqu’en 2027 et 2029.

Les Américains entendent ainsi renforcer leur présence dans ce pays des Balkans avec la construction de ce réacteur d’ici 10 à 15 ans.

Une autre centrale bloquée au stade de la construction

Ce n’est d’ailleurs pas le seul projet nucléaire en cours en Bulgarie. Une nouvelle centrale devait voir le jour dans la commune de Béléné, proche de la première centrale, au bord du Danube. Les Russes avaient même construit les deux premiers réacteurs avant le projet ne soit arrêté pour des raisons de coûts. En 2019, de nombreuses entreprises étrangères, dont le français Framatome, ont déposé des offres pour finaliser la construction de cette centrale. Mais l’utilisation initiale de technologies russes rendent la continuation de ce projet difficile.

Source : Novinite.com

Read More
Money transfer. Global Currency. Stock Exchange. Stock vector il

Emprunt sur les marchés internationaux : un record pour la Roumanie

emprunt marché international

Roumanie est entrée dans le top 5 des pays à l’économie émergente qui ont emprunté les plus grosses sommes sur le marché international. Seuls les Emirats Arabes Unis, le Mexique, l’Arabie Saoudite et l’Indonésie ont emprunté des sommes plus importantes. L’emprunt externe pour cette année 2020 s’élève à 9,6 milliards d’euros.

Il s’agit d’une année record puisque pour le seul mois de mai, la Roumanie a emprunté 3,3 milliards d’euros. La somme de 9,6 milliards d’euros constitue également un record d’emprunt de la part du gouvernement de ce pays d’Europe de l’Est sur les marchés financiers internationaux.

Cette nouvelle intervient dans un contexte défavorable pour la Roumanie. Le 23 octobre, le cabinet de notation financière Moody’s a programmé une évaluation pour le pays. De même, les cabinets Fitch et S&P évalueront la Roumanie respectivement le 30 octobre et le 4 décembre 2020. Tous les trois ont annoncé des perspectives négatives pour le pays et l’ont averti quant à ses dépenses. La perte de la recommandation pour les investissements entraînerait des difficultés pour la recherche de finance internationale de la Roumanie. Cela pourrait créer également une augmentation des intérêts versés par le pays.

Ce record d’appel à l’emprunt sur le marché international s’explique bien évidemment par le besoin de la Roumanie de faire face à la crise de la COVID-19. Notamment entre les mois de mars et de juin lorsque le pays était placé en Etat d’urgence et que l’activité économique a été fortement ralentie.

Source : Profit.ro

Read More

Relier la mer Baltique à la mer Noire, nouvelle ambition américaine

Autoroute Gdansk Constanta
Image d’illustration ne réprésentant pas le tracé encore à définir.

Une délégation roumaine était présente le vendredi 10 octobre à Washington pour la signature d’un accord historique portant sur le développement du nucléaire en Roumanie (à lire dans notre article). Une annonce surprise tout aussi importante a été faite pour le développement de l’économie roumaine.


« Nous allons commencer le déroulement d’un nouveau projet pour la Roumanie, avec la Pologne, pour la construction d’une autoroute et d’une voix ferrée qui lieraient Constanta, de la Mer Noire, et Gdansk, de la Mer Baltique. Ce projet d’infrastructure réprésentera un bénéfice important pour les économies roumaine et polonaise, mais également pour les économies de la région, pour les années à venir » a déclaré depuis Washington Adrian Zuckerman, ambassadeur américain en Roumanie.


Afin que ce projet soit vraiment efficace, le port roumain de Constanta devra également être améliorer. Une autoroute et une voie ferrée entre les deux villes portuères permettraient aux marchandises de circuler plus rapidement. Ce projet est d’autant plus important pour la Roumanie dont les infrastructures constituent encore à ce jour un point faible.


Dans le plan de relance de l’économie proposé par le gouvernement roumain, il est question de construire 3000 km d’autoroute et de voie express d’ici à 2030. Il faudra attendre plus de précision sur le financement de ce projet initié par les Américains pour voir dans quel mesure il s’encadre dans le plan d’infrastructure roumain.

Source : ro.usembassady.gov

Read More