Two colleagues at a factory

La Roumanie parmi les pays les plus industrialisés d’Europe

Industrie roumanie

L’industrie a représenté l’année dernière la part la plus importante de l’activité économique de l’Union Européenne, soit 19,7% de la valeur ajoutée brut en moyenne. Parmi les pays ayant le plus fort taux d’industrialisation, nous retrouvons l’Irlande (35%), La République Tchèque (29,2%), la Slovénie (27%), la Pologne (24,7%), la Slovaque (24,5%), l’Allemagne (24,3%) et la Roumanie (24,1%). Chiffre : Agence Eurostat

Bien que les services se soient développés et se développent en continue en Roumanie, le secteur industriel reste fortement compétitif et emploi une grande partie de la population. Les secteurs automobiles, agro-alimentaire, métallurgie et textiles sont très actifs, même pendant la crise que nous traversons.

Au niveau européen, la part de l’industrie dans la valeur ajoutée brut a enregistré un déclin, passant de 22,6% en 1999, à 19,7% en 2019. Ce phénomène est évidemment dû aux délocalisations qui ont eu lieu vers les pays asiatique et à la croissance importante des activités de service boostées par le développement d’Internet.

La relocalisation en Europe, une vision sur le long terme

Dans ce contexte général, il est important de réfléchir à l’avenir industriel de l’Europe et à son autonomie. Le savoir-faire industriel de la Roumanie n’est plus à démontrer, notamment au regard de la réussite de Dacia. Les industriels d’Europe de l’Est sauront trouver dans ce pays les compétences et la main d’œuvre capable de répondre à leurs exigences de croissance.

Eastrategies est spécialiste dans l’accompagnement de projets industriels dans les pays d’Europe de l’Est. Quelque soit votre ambition, nous vous invitons à nous la présenter. Vous n’aurez plus qu’à vous laisser guider.

Read More

Roumanie : L’Etat reporte le paiement des dettes fiscales des entreprises

dettes fiscales

Une ordonnance d’urgence a été publié le 26 octobre au moniteur officiel, en Roumanie, pour permettre l’échelonnement des dettes des entreprises envers l’Etat.

Pour cela, une procédure simplifiée va être mise en place et concernera uniquement les dettes accumulées après le 16 mars 2020, date du début de l’Etat d’urgence en Roumanie. Il est donc essentiel que toutes les dettes (TVA, charges sociales, impôts sur les bénéfices, etc.) envers l’Etat roumain antérieures à cette date soient payée.

L’échelonnement se fera sur 12 mois. A la demande de l’entreprise qui sollicite cella, un graphique de remboursement pourra être annexé pour personnaliser le montant des sommes mensuelles qui devront être remboursées. Parce que le code de procédure fiscale impose des intérêts pour les retards, l’Etat fixera des intérêts à 0.01% pour chaque jour de retard sur les sommes dues.

Un nouveau report de la date butoire

Cette décision est couplée avec le report de la date limite de paiement des dettes lors de l’Etat d’urgence. Cette date avait été fixée une première fois le 25 octobre 2020. Face à l’incapacité de payer de nombreuses entreprises en difficulté, la date de paiement obligatoire a été reportée au 25 décembre.

Dans le cas où une entreprise souhaite échelonner le paiement de ses dettes, elle devra en faire la demande avant le 15 décembre. Cette aide fiscale s’appliquera uniquement pour les sommes supérieures à 5000 lei (environ 1000 euros).

Retrouvez également ici tous nos articles sur les subventions accordées aux entreprises installées en Roumanie.

Contactez-nous pour savoir si vous seriez éligible à ce type d’aide en cas d’implantation dans ce pays.

Read More

De nouveaux accords bilatéraux attendus entre la France et la Roumanie

drapeau france roumanie

Le Premier Ministre roumain Ludovic Orban débute aujourd’hui une visite officielle de deux jours en France. Il rencontrera à cette occasion son homologue français, Jean Castex pour discuter de plusieurs dossiers locaux et européens.

Pour cette visite, le chef du gouvernement roumain sera accompagné des ministres des affaires étrangères, de l’économie, de la défense nationale et de l’agriculture. Leur présence annonce clairement la signature de plusieurs accords bilatéraux dans ces domaines entre la France et la Roumanie.

Ludovic Orban rencontrera également des représentants du MEDEF, toujours dans le but de discusser du développement des relations économiques entre les deux pays.

La Roumanie, un partenaire idéal en temps de crise

Les premières annonces seront faites en fin de journée, ce lundi 26 octobre. Dans tous les cas il faut y voir un signe positif dans le rapprochement entre ces deux partenaires européens. Les liens entre la France et la Roumanie ne sont plus à démontrer, mais il y a encore du chemin à parcourir pour guider les entreprises françaises à se développer à l’international grâce à la Roumanie.

En dehors des annonces qui seront faites et qui ne toucheront pas tous les secteurs, le gouvernement français a déjà facilité l’export vers la Roumanie. Depuis début Octobre, Eastrategies est agréé pour délivrer des services éligibles au Chèque Relance Export lancé par l’Etat français. Vous pouvez d’ores et déjà nous contacter pour nous expliquer vos projets et bénéficier de cette aide.

Read More
Woman using computer

Analyse : les opportunités pour le e-commerce en Roumanie

site internet

La Roumanie a toujours mis en avant ces dernières années la vitesse de son réseau Internet. Alors que la France n’occupait que la 17e place européenne en 2018, la Roumanie était classée 4e (source : statisca.com) Mais derrière ces chiffres de performance se cache une toute autre réalité, celle du peu d’utilisation de cet Internet par les professionnels.

Alors que déjà depuis plusieurs années le monde entier ne parle que de digitalisation, en 2020, en Roumanie, 57% des entreprises qui vendent des produits ou des services n’ont pas de site web (source : AGERPRES) Deux causes principales venaient expliquer cela jusqu’à présent.

La taille du marché local ne justifiait par pour tous les entrepreneurs d’investir dans un site Internet. En effet, pour vendre des produits en ligne la taille du marché est l’un des facteurs clés. La plupart ont donc jugé qu’un marché de 19 millions d’habitants, dont quelques millions sont partis travailler à l’étranger, ne méritait pas cette peine.

Mais surtout, le fait est que les Roumains dans l’ensemble n’ont pas confiance dans les paiements en ligne. Seul 64% de la population utilisait en 2019 une cadre bancaire de manière récurrente (source : Adevarul). Encore plus impressionnant, 83% des personnes qui effectuaient un achat en ligne en 2018 choisissaient l’option de payer en liquide à la livraison du produit.

Un marché énorme à l’horizon

Alors que dans l’Union Européenne, 77% des entreprises ont un site Internet, la Roumanie et ses 43% se situe donc en queue de peloton. Mais la donne pourrait vite changer. Depuis le début de la pandémie et l’apparition des restrictions de déplacements, les entreprises roumaines se digitalise à tour de bras pour espérer survivre dans ce contexte. Survivre et découvrir de nouveaux horizons. Les ventes en ligne sont en croissance pour la première moitié de 2020, et la tendance reste à la hausse pour la fin d’année.

Le fait de devoir rester plus à la maison a obligé les Roumains à s’adapter et à intégrer les achats en ligne et les paiements par carte dans leur style de vie. Ce sont les agences web qui s’en frottent les mains. La demande de création de site explose et le potentiel est impressionnant.

Le potentiel est encore plus important en Roumanie lorsqu’on parle de Cloud. Seul 10% des entreprises du pays disposent d’un abonnement à ce type de services. Le développement forcé du télétravail entraînera sans aucun doute un développement forcé de ces services.

L’ambiguïté roumaine qui voulait que les infrastructures Internet soient bien au-delà du niveau d’utilisation par les habitants devrait bientôt faire partie du passé. Les Roumains ont un Internet rapide, il ne leur reste plus qu’à le mettre en fonctionnement.

Read More